Accueil > Les origines commençant par E > L'origine de éclipse

L'origine de Éclipse



L'observation des éclipses par les anciens

Ce phénomène a d'abord frappé tous les hommes, et, jusqu'à ce que l'astronomie en eût dévoilé la cause, il a été pour les uns un sujet d'alarmes, et pour les autres l'objet d'une infinité de conjectures. Tous les savants conviennent que Thalès a été le premier que nous connaissions qui ait prédit les éclipses.
Anaxagore, contemporain de Périclès, fut le premier des Grecs qui écrivit clairement sur les diverses phases de la lune et sur ses éclipses. Pline dit, dans son Histoire naturelle, que le premier Romain qui observa les éclipses de soleil et de lune fut Sulpicius Gallus.


Le calcul des éclipses

L'illustre M. Cassini a fait des tables de mouvement du premier satellite de Jupiter ; ces tables servent à calculer les éclipses de ce satellite.
Rœmer a trouvé une machine ou espèce de planisphère et de montre, qui, par le moyen d'une manivelle qu'on tourne, marque toutes les éclipses des planètes qui ont été, ou qui seront jamais. C'est une invention merveilleuse.
Le Journal des Savants (1785), donne le détail et l'explication d'une machine inventée par M. de La Hire, et qui montre toutes les éclipses, tant passées que futures, selon le moyen mouvement de la lune, avec les points de lunaisons et les épactes.


Les différentes éclipses du soleil

Les éclipses de soleil sont causées par l'interposition du corps opaque de la lune entre le soleil et la terre. On distingue trois sortes d'éclipses du soleil :

  • les éclipses totales, c'est-à-dire celles où cet astre est entièrement caché par la lune.
  • les éclipses annulaires, qui sont celles où la lune paraît tout entière sur le soleil : le disque de la lune étant le plus petit, le soleil excède alors de tout côté ce lui de la lune, et forme autour d'elle un anneau ou une couronne lumineuse, dont l'éclat, augmenté par l'obscurité du globe lunaire, offre un phénomène curieux et qui ne se reproduit pas souvent.
  • les éclipses centrales celles où le centre de la lune paraît sur le centre même du soleil ; et l'éclipse est alors ou totale ou annulaire, selon que la lune est plus ou moins éloignée du soleil.

Les éclipses les plus communes sont les éclipses partielles, c'est-à-dire celles où le soleil n'est caché que dans une portion telle que le quart ou la moitié de son globe.


Les couleurs et les éclipses de la lune

Les éclipses de lune sont causées par l'ombre de la terre qui s'étend sur le disque lunaire, et y produit l'obscurité. Cette ombre se forme derrière la terre, qui intercepte les rayons du soleil. Il y a pour cette planète, comme pour le soleil, des éclipses totales, centrales et partielles. On observe dans la couleur de la lune, pendant les éclipses, des différences considérables : lorsqu'elle est apogée ou plus éloignée de la terre, elle traverse le cône d'ombre plus près de sa pointe ; elle paraît alors plus rouge, plus lumineuse, que lorsque les éclipses arrivent plus près de la terre ; car, dans le périgée, les rayons, rompus par l'atmosphère, qui se dispersent dans le cône d'ombre, et en diminuent l'obscurité, ne parviennent pas jusqu'au centre de ce cône, qui est trop large dans ce point là, et qui est trop près de la terre pour que la petite réfraction de l'atmosphère y fasse arriver les rayons. Voilà pourquoi on a vu des éclipses où la lune disparaissait entièrement.

Autres origines :