Accueil > Les origines commençant par A > L'origine de acier

L'origine de Acier



L'acier naturel et l'acier artificiel

Il y a deux espèces d'acier, l'acier naturel et l'acier artificiel.
L'acier naturel est celui où l'art n'a eu d'autre part que de détruire par le feu l'excès des parties salines, sulfureuses, et autres dont le ter de fonte est trop plein.
L'acier artificiel est du fer à qui l'art a restitué, par le secours des matières étrangères, les mêmes parties dont il était trop dénué.


La trempe

L'acier, sans la trempe, ne nous rendrait guère plus de service que le fer doux : c'est par la trempe qu'on lui donne la durcie qui le caractérise. Cette façon consiste à faire chauffer le morceau quand il est travaillé ; on lui fait prendre le rouge couleur de cerise, et quand il est dans cet état on le plonge subitement dans l'eau froide.
Crouweley, dit le Journal de Verdun, mars 1728, est celui qui a porté en Allemagne le secret de convertir le fer en acier. Il paraît que ce secret n'était pas inconnu des anciens. Aristote (Meteor, liv. IV, ch. 6) dit que le fer forgé, et même travaillé, peut se liquéfier de nouveau, et de nouveau se durcir, et que c'est en réitérant ce procédé qu'on le conduit à l'état d'acier.

Autres origines :