Accueil > Les origines commençant par A > L'origine de agnus dei

L'origine de Agnus Dei


Nom que l'on donne aux pains de cire que le pape bénit le dimanche in albis, après la consécration. Il fait cette cérémonie de sept ans en sept ans : on imprime ordinairement une figure d'agneau sur ces petits pains.


Une coutume ancienne

L'origine de cette cérémonie vient d'une coutume ancienne de l'église romaine. On prenait autrefois le dimanche in albis le reste du cierge pascal, bénit le jour du samedi saint, et on le distribuait au peuple par morceaux. Chacun les brûlait dans sa maison, dans ses champs et dans ses vignes, et les regardait comme un préservatif contre les prestiges du démon, et contre les tempêtes et les orages.
Cela se pratiquait ainsi hors de Rome ; mais, dans la ville, l'archidiacre, au lieu du cierge pascal, prenait d'autre cire sur laquelle il versait de l'huile, la bénissait, et en faisant divers morceaux en figure d'agneau, les distribuait au peuple. C'est là l'origine des agnus Dei, que les papes ont depuis bénits avec plus de cérémonie : le sacriste les prépare longtemps avant la bénédiction.
La troisième férie d'avant Pâques, le pape, revêtu de ses habits pontificaux, les trempe dans l'eau bénite et les bénit ; après qu'on les a retirés, on les met dans une boîte qu'un sous-diacre apporte au pape à la messe du samedi saint après l'Agnus Dei, et les lui présente en disant par trois fois :
Ce sont ici de jeunes agneaux qui vous ont annoncé l'alleluia ; voilà qu ils viennent à la fontaine pleine de charité. Alleluia.
Le pape les prend, les distribue aux cardinaux, aux évêques et aux autres prélats. On croit qu'il n'y a que ceux qui sont dans les ordres sacrés qui les puissent toucher ; on les enveloppe dans des morceaux d'étoffe proprement travaillés pour les donner aux laïques.

Autres origines :