Accueil > Les origines commençant par A > L'origine de ana

L'origine de Ana


On appelle ana des recueils, des pensées, des discours familiers, et quelques petits opuscules d'un homme qui s'est fait un nom.
On appelle encore ana des traits détachés et piquants qui, sans avoir l'appareil de l'érudition ni même de la science, excitent pourtant un intérêt assez vif.


Un diminutif à l'idée des œuvres d'un auteur

Nous avons un grand nombre de recueils de bons mots, de reparties heureuses, de facéties, et même de trivialités, qu'on désigne par le nom de leurs auteurs, en joignant à ce nom cette terminaison ana, dont la valeur est d'ajouter à l'idée des œuvres de l'auteur celle d'un diminutif ; ainsi nous avons le Perroniana, ou recueil des bons mots du cardinal du Perron, le Menagiana, le Thuana, le Voltairiana, qui sont des recueils de pensées fines, de bons mots, etc. , de Ménage, de M. de Thou et de Voltaire. On a été jusqu'à recueillir de notre temps les rébus de Brunet, sous le nom de Brunetiana.
Les premiers ana ont paru vers 1666 et 1669. Ce sont Scaligerana prima et secunda, Perroniana et Thuana.


Autres origines :