Accueil > Les origines commençant par A > L'origine de ancre

L'origine de Ancre



De grosses pierres en guise d'ancre

On employait, dans les premiers temps, pour arrêter les vaisseaux, de grosses pierres, des paniers, des sacs remplis de sable, que l'on attachait à des cordes, et que l'on descendait dans la mer. Ces moyens ont pu suffire tandis que les bâtiments n'étaient que de simples barques fort minces et fort légères ; mais à mesure que la navigation s'est perfectionnée, et qu'on a construit des vaisseaux d'une certaine force, il a fallu trouver d'autres machines pour les arrêter. Il est probable qu'il en a été de l'ancre comme de plusieurs autres machines, qui ont été inventées presque dans le même temps en différents pays. Midas, roi de la grande Phrygie, passait chez les anciens pour en avoir été l'inventeur.


L'ancre à deux dents

Les premières ancres n'étaient point de fer ; elles étaient de pierre ou même de bois ; on chargeait ces dernières de plomb. Diodore raconte que les Phéniciens ayant ramassé, dans les premiers voyages qu'ils firent en Espagne, une plus grande quantité d'argent que leurs vaisseaux n'en pouvaient contenir, ils ôtèrent le plomb qui était dans leurs ancres, et mirent en place l'argent qu'ils avaient de trop. Ces premières ancres n'avaient qu'un seul crochet ; ce ne fut que bien des siècles après, qu'Anacharsis, au rapport de Strabon, inventa l'ancre à deux dents.


Dans la Grèce antique

Les Grecs ne connaissaient pas encore les ancres du temps des Argonautes ; ils n'en faisaient pas même usage dans le siècle d'Homère. Le mot grec qui sert à désigner une ancre proprement dite ne se trouve dans aucun de ses poèmes ; il n'en emprunte aucune comparaison. Il y a quelques passages, il est vrai, dans l'Iliade et dans l'Odyssée, qu'on traduit ordinairement par jeter l'ancre, mais c'est mal à propos et sans fondement. Quand Ulysse est arrivé à la rade des Lestrigons, il attache son vaisseau à un rocher avec des câbles. Lorsque ce prince part du port des Phéaciens, les rameurs détachent le câble qui arrêtait le navire par le moyen d'une pierre trouée, à laquelle il était noué.

Autres origines :