Accueil > Les origines commençant par A > L'origine de anémoscope

L'origine de Anémoscope


Ce mot, qui vient du grec anémos, vent, et skeptomai, je considère, désigne un instrument qui aide à prédire les changements du vent.
L'anémoscope en usage parmi les anciens paraît, suivant la description qu'en donne Vitruve, avoir plus servi à montrer de quel côté venait le vent, qu'à faire prévoir d'où il viendrait.


Une énigme à découvrir

Otto-Guerick, bourgmestre de Magdebourg, a donné le nom d'anémoscope à une machine de son invention qui indique d'avance les changements du temps. C'est un petit marmouzet de bois ou d'émail qui s'élève ou s'abaisse dans un tube de verre, selon que l'atmosphère est plus ou moins pesante. Lorsque M. Otto-Guerick fit part au public de cette invention, il en cacha le principe, et défia tous les physiciens de le trouver.
Dans le temps qu'ils étaient occupés à le deviner, il arriva un accident qui les étonna beaucoup. Un jour le marmouzet tomba au fond de la colonne, comme s'il eût perdu entièrement la vertu de se soutenir en l'air, chose qu'on n'avait pas encore vue. Cette chute donna lieu à bien des conjectures peu favorables à M. Otto-Guerick ; mais celui-ci ne se déconcerta point : il assura que rien n'était plus naturel, qu'il fallait qu'il y eût sur mer une grande tempête, et qu'on ne tarderait pas à la ressentir dans le lieu ou ils étaient. L'événement justifia son assertion et sa prophétie.


Le mystère dévoilé

M. Otto-Guerick le fils, persuadé que, dès qu'on se laisse un peu trop prévenir pour le merveilleux, on est aisément dupe d'une supercherie, s'avisa de démonter les physiciens et de leur faire perdre entièrement la carte. Il publia que le marmouzet annonçait l'apparition d'une comète. On ne sait point sur quoi le jeune Otto-Guerick fondait sa prédiction, qui ne dépendait certainement pas de l'anémoscope ; mais la comète parut.
Enfin M. Lomiers, coupant le nœud gordien de cette énigme, fit voir que le marmouzet était mû tantôt par la pesanteur de l'air, tantôt par sa légèreté, et n'était qu'une application du baromètre ordinaire.

Autres origines :