Accueil > Les origines commençant par A > L'origine de apothéose

L'origine de Apothéose



Des honneurs à la vénération

Cérémonie par laquelle les anciens mettaient les empereurs, impératrices, etc., au rang des dieux. Dans les premiers temps, les hommes bienfaiteurs de leurs semblables, les législateurs, les fondateurs des villes, les inventeurs des arts, les guerriers célèbres, récompensés pendant leur vie par l'estime et l'admiration publique, l'étaient encore après leur mort par les honneurs accordés à leur mémoire. On donnait à leurs tombeaux des places distinguées ; on les décorait avec un soin religieux ; on les couvrait de fleurs et d'offrandes ; on s'assemblait autour de ces monuments respectables, pour rendre un hommage annuel à ceux dont les cendres y reposaient.
Cette coutume, en dégénérant, produisit l'apothéose ; et comme la flatterie avait souvent transformé les hommes en héros, la superstition transforma les héros en dieux.


Les premières apothéoses

La première apothéose que l'on connaisse est celle d'Osiris, suivie peu après de celle de Bélus. Toutes les divinités des Grecs, Saturne, Jupiter, tous les autres princes de la famille des Titans, sont beaucoup plus modernes.
Xénophon atteste que Cyrus a été le premier des hommes qui ait été adoré de son vivant comme un dieu.
Cicéron mentionne les apothéoses d'Erechthée et de ses filles ; Plutarque et Diodore, celle de Thésée ; saint Augustin, celle de Codrus ; Origène, celle d'Hercule Thébain, fils d'Alcmène et d'Amphiaraüs.


De la Grèce à la Rome antique

Les Grecs, non contents de faire aux grands hommes de magnifiques funérailles, de leur élever de superbes tombeaux, leur rendaient encore les honneurs divins ; ils leur dressaient des autels, et leur immolaient des victimes. Souvent même ils leur bâtissaient des temples, établissaient des jeux solennels, des sacrifices annuels, et célébraient des fêtes en leur honneur.

Les apothéoses ou déifications passèrent des Grecs aux Romains. Le premier qu'on mit au rang des dieux à Rome fut Romulus. On lui bâtit un temple, on lui dressa des autels, et on célébra des fêtes en son honneur.
Depuis Romulus jusqu'à Auguste, les Romains ne firent point d'apothéose : ce fut ce dernier qui s'avisa de la rétablir en faveur de Jules-César, son père adoptif, et dans la suite les Romains, par une flatterie outrée, mirent tous les empereurs au rang des dieux.
C'est à ce sujet que Julien, dans sa satire des Césars, appelle Auguste faiseur de poupées, comme ayant introduit l'usage des poupées célestes, ou des nouveaux simulacres de la divinité.
Les mêmes honneurs furent déférés aux impératrices, entre autres à Livie et à Drusille, sœur et maîtresse de Caligula.

Autres origines :