Accueil > Les origines commençant par A > L'origine de aréo-thermomètre

L'origine de Aréo-thermomètre


L'aréo-thermomètre, pour lequel M. Hervieux a obtenu un brevet de cinq ans, est en argent, disent les auteurs du Dictionnaire des découvertes en France de 1789 jusqu'à la fin de 1820; d'une forme très élégante ; plus commode, et d'une construction plus parfaite que celle des instruments analogues.


Un procédé qui évite les variations de température

Les tables que l'auteur a publiées abrègent les calculs, et suffisent au commerce. Ce même instrument, ajoutent-ils, a l'avantage d'indiquer les degrés de pesanteur des liqueurs et ceux de la température, sans qu'il soit nécessaire de le sortir du vase dans lequel il est plongé.
La tige est disposée de manière à recevoir, d'un côté, l'échelle des degrés de l'aréomètre, et de l'autre celle du thermomètre de Réaumur ; ce qui donne le moyen prompt et sûr de connaître sur-le-champ le titre réel des liqueurs, sans craindre les effets des variations subites de la température. Pour cela il suffit de regarder l'un des côtés de la tige pour avoir le degré marqué par l'aréomètre ; et sur l'autre on verra le nombre des divisions que présente l'échelle du thermomètre au-dessous du dixième degré, qui a été pris pour base de toutes les opérations, étant celui fixé par la loi pour la vérification des liqueurs.

Autres origines :