Accueil > Les origines commençant par A > L'origine de arme

L'origine de Arme



Les toutes premières armes

Les pierres, les morceaux de bois bruts, les cornes des animaux auront été les premières armes dont on se sera servi. On imagina ensuite de faire durcir les bâtons au feu et de les aiguiser. On ne tarda pas non plus à tailler les morceaux de bois en forme de massue, arme si commune dans les anciens temps. Il est probable que, dès les premiers âges, on se sera battu avec des haches ; les écrivains de l'antiquité en donnent aux anciens héros. On doit mettre aussi au nombre des premières armes qu'on aura inventées, la lance et la pique.


Les armes pour le combat à distance

On ne pouvait se battre que de près avec les armes citées ci-dessus ; mais on chercha bientôt les moyens de pouvoir atteindre de loin son ennemi ; et on ne tarda pas à inventer des armes propres à cet usage. On n'en voit point dans ce genre dont l'usage soit plus ancien, et en même temps plus universel, que celui de l'arc et des flèches. L'Ecriture dit qu'Ismaël se rendit habile à tirer de l'arc ; Esaü prend son carquois et son arc pour aller à la chasse. Il ne semble pas que la fronde ait été aussi anciennement ni aussi universellement employée que les flèches. Job est le seul écrivain des temps reculés où il soit parlé de la fronde. Les anciens croyaient que l'invention en était due aux Phéniciens.


Le sabre et l'épée

Quant au sabre et à l'épée, ces armes n'ont été connues que postérieurement aux précédentes, puisqu'elles supposent la connaissance de l'art de travailler les métaux. Des historiens profanes attribuent l'invention de l'épée à Bélus, roi d'Assyrie et père de Ninus. L'Ecriture nous apprend que cette arme était connue dans l'Asie, dès la plus haute antiquité. Abraham prend son épée pour immoler Isaac ; Siméon et Lévi entrent l'épée à la main dans Sichem, et s en servent pour massacrer les habitants.


Dans l'Antiquité

Les armes défensives qu'on sait avoir été en usage dans l'antiquité sont le bouclier, le casque et la cuirasse ; mais on ne peut point marquer dans quel pays, ni dire dans quel temps ces différentes armures ont été inventées : on sait seulement qu'elles sont d'une très haute antiquité et que les Égyptiens prétendaient avoir inventé le bouclier.
Les Grecs, dès les temps héroïques, étaient armés à peu près de la même manière que l'ont été la plupart des peuples de l'antiquité. Ils avaient pour armes offensives la massue, la hache, l'épée, les flèches, le javelot, la fronde et la pique. Les armes défensives étaient le bouclier, la cuirasse, le casque et des bottines de métal pour garantir les jambes. Hérodote prétend que les Grecs avaient reçu des Égyptiens le bouclier et le casque.

Si l'on en excepte le plastron, qui était particulier aux Romains, et qui consistait dans une plaque d'airain bombée que les légionnaires portaient sur la poitrine au lieu de cuirasse, les armes des Grecs et des Romains étaient les mêmes, soit pour l'attaque, soit pour la défense.

Les armes des Gaulois et des Germains ne différaient guère de celles des Grecs et des Romains, et encore, lorsque Clovis fit la conquête des Gaules, les Français n'avaient pour armes offensives que l'épée, le javelot et la hache ; le bouclier était leur seule arme défensive.


L'évolution des armes en France

Les armes offensives dont on se servait sous la troisième race, jusqu'à l'invention des armes à feu, fixée au temps de François Ier, étaient l'arc, l'arbalète, la fronde, la flèche, le poignard, l'épée, la lance, l'épieu ou bâton ferré, la hache d'arme, la massue, le mail ou maillet qui était une espèce de long marteau.
Le mousquet et la pique étaient regardés, depuis plusieurs siècles, comme nécessaires aux fantassins, lorsqu'en 1700 et 1705 Louis XIV substitua le fusil à l'un, et la baïonnette à l'autre.

En complément :

Autres origines :