Accueil > Les origines commençant par A > L'origine de astrologie

L'origine de Astrologie


Astrologie ne signifie depuis longtemps que l'étude vaine et superstitieuse des prédictions et des horoscopes.


Issue de l'astronomie

L'astrologie est née de l'astronomie, qui, suivant l'expression d'un célèbre astronome, est la mère sage d'une fille folle. Personne n'ignore dans quel juste mépris est tombée cette prétendue science, qui n'est propre qu'à entretenir la superstition et à retarder les progrès de la philosophie.
Cet art frivole et ridicule, qui prétend lire dans le ciel la destinée de chaque homme, eut son berceau dans la Chaldée, d'où elle pénétra en Égypte, en Grèce et en Italie. Quant à nous, c'est des Arabes que nous la tenons.


L'astrologie judiciaire

Les historiens français observent que l'astrologie judiciaire était tellement en vogue sous la reine Catherine de Médicis, qu'on n'osait rien entreprendre d'important sans avoir auparavant consulté les astres ; et, sous les règnes de Henri III et de Henri IV, il n'est question, dans la cour de France, que des prédictions des astrologues.

Certain roi jusqu'à la folie
Aima jadis l'astrologie :
Toujours marchait à ses côtés
Un docteur à longues lunettes ;
Et de ce conteur de sornettes
En aveugle il suivait toutes les volontés ;
Sur ses projets divers, sur ses peines secrètes.
Les astres étaient consultés.
C'était un faible ridicule ;
Mais les rois sont friands d'apprendre le futur.
Un hasard détrompa le prince trop crédule.
Un jour que le soleil, plus brillant et plus pur.
Invitait le monarque à s'ébattre à la chasse.
Il sort. Le pédant suit. Le ciel devient obscur ;
L'air s'épaissit, l'orage le menace.
Le monarque tremblant consulte son docteur.
Alors d'un ton de pédagogue :
« Calmez votre souci, seigneur :
Je promets du beau temps », répondit l'astrologue.
Sur la parole du menteur,
On s'avance ; on s'exerce aux travaux de Diane.
La meute était aux champs, lorsqu'il parut un âne.
Un pitaud le suivait. « Bon homme, par ta foi,
Pleuvra-t-il ? », demanda le roi.
« Sire, nous aurons de l'eau sans doute »,
Dit le manant sans se troubler ;
« J'aperçois du baudet les oreilles trembler :
C'est un présage sûr. » Le monarque l'écoute,
Et se sait bon gré d'avoir mis
Et le docteur et l'âne en compromis.
L'astrologue en pâlit. Cependant la tempête
Commence à fondre sur leur tête.
Le prince, bien mouillé, chassa de son palais
Des doctes charlatans la gent porte-soutane,
Et jura ses dieux que jamais
Il ne consulterait d'autre docteur qu'un âne.

Autres origines :