Accueil > Les origines commençant par B > L'origine de baptême du tropique

L'origine de Baptême du tropique



Le déroulement du baptême du tropique

Le passage du tropique donnait autrefois lieu à une cérémonie bizarre appelée baptême du tropique de la ligne. Voici la description qu'en donnent les livres de marine :
« Baptême du tropique, cérémonie profane que font les gens de mer à ceux qui passent, pour la première fois, le tropique du Cancer ou l'équateur. Quoique chaque nation ait un usage particulier, cependant tous les baptêmes se réduisent à mouiller le nouveau passager.
En France, après avoir mis sur le tillac du vaisseau des bailles (moitiés de tonneaux en forme de baquets) pleines d'eau, à tribord et à bas bord, et avoir rangé en haies, près de ces bailles, des matelots avec un seau d'eau à la main, le maître-valet vient au pied du grand mât, ayant le visage barbouillé, et quantité de garcettes sur le corps, roulées tout autour, dont quelques unes même lui pendent des bras ; il est suivi de quelques matelots équipés de même, et tient entre les mains quelques livres de marine, pour représenter le livre des Évangiles.
Les choses ainsi disposées, on fait mettre celui qu'on veut baptiser à genoux devant le maître-valet qui, lui faisant poser les mains sur le livre, lui fait jurer d'exercer les mêmes choses qu'on va exercer sur lui, toutes les fois qu'il se présentera l'occasion de baptiser quelqu'un ; après cela, on lui ordonne de se lever, et de marcher vers l'avant du vaisseau entre lesdites bailles, où des gens de l'équipage l'attendent avec des seaux pleins d'eau qu'ils lui versent sur le corps ; il essuie cet orage, et reçoit ainsi ce qu'on appelle le baptême.
Cette cérémonie est celle qu'on pratique en France ; dans d'autres endroits, on baptise un homme en le plongeant subitement dans la mer, d'où on le retire promptement : ce baptême est plus désagréable que le précédent.
On se rachète de l'un et de l'autre en donnant quelque argent à l'équipage. Les mousses, qui ne sont pas pécunieux, ont rarement cet avantage, aussi n'échappent-ils pas au baptême ; mais ils ont cette faveur, de n'être pas si maltraités que ceux qui peuvent se racheter ; on les met sous un panier entouré de bailles pleines d'eau, où tout l'équipage vient puiser pour les mouiller. »


Une allusion au baptême chrétien

L'auteur de l'Histoire des flibustiers conjecture que cet usage vient de ce que tous les pays qui se trouvent sous la ligne, ayant été longtemps estimés inhabitables, les premiers qui furent assez audacieux pour y pénétrer, se voyant entrer comme dans un nouveau monde, firent en quelque sorte allusion au baptême que les chrétiens donnent à leurs enfants : nouveau-nés, et appliquèrent à cette bizarre cérémonie le nom du premier sacrement de l'église.
Les dangers qui ont suivi quelque fois cette épreuve ont dû fixer l'attention des magistrats, et, par arrêt rendu le 8 janvier 1784, sur les conclusions de M François de Neufchâteau, procureur général, le conseil général du Cap a proscrit le baptême du tropique.

Autres origines :