Accueil > Les origines commençant par B > L'origine de bardes

L'origine de Bardes



Des poètes celtiques

Ministres et poètes chez les Celtes. Ils célébraient en vers les exploits des héros et les chantaient sur des harpes. Fréret prétend que ce mot est celtique, et Saint-Foix, dans ses Essais historiques sur Paris, partage ce sentiment. Bardd, dit ce dernier, en breton signifie un poète, et bardoneg un poème. Dans le pays de Galles, on appelle bardes des espèces de poètes musiciens qui vont de châteaux en châteaux chanter les éloges des grands hommes, en accompagnant leurs chansons avec la harpe.


Un statut privilégié

Ils étaient si estimés, que s'ils se présentaient lorsque deux armées étaient près d'en venir aux mains, et même lorsque le combat avait déjà commencé, on mettait sur-le-champ les armes bas pour écouter leurs propositions. Leur poste, dans les batailles, était auprès du chef ou du roi ; chaque Régulus ou chef avait son propre barde, considéré comme un officier d'un rang distingué dans sa cour.
Ils étaient exempts de taxes et de service militaire, même dans les temps des plus grands dangers ; et, quand ils accompagnaient leurs princes dans les combats, pour recueillir et célébrer leurs exploits, ils avaient une garde pour la sûreté de leurs personnes. Dans toutes les fêtes et assemblées publiques, ils prenaient place auprès de leur prince, et quelquefois au-dessus des nobles et des officiers de sa cour. La profession de barde n'était pas moins lucrative qu'honorable ; car, outre les présents considérables qu'ils recevaient, ils avaient des terres pour leur entretien. Chaque chef barde pouvait avoir trente subalternes, et chaque barde du deuxième rang, quinze pour l'accompagner.


Une fin brutale

Cet ordre, car il en faisait un dans l'état, se soutint longtemps avec splendeur, et dura jusqu'au règne d'Edouard Ier, qui fit massacrer tout ce qui en restait.

En complément :

Autres origines :