Accueil > Les origines commençant par B > L'origine de bateau plongeur

L'origine de Bateau plongeur



Une invention de M. Castera

Cette invention, due à M. Castera, offre à celui qui y est renfermé le moyen de voir sous l'eau, de s'y diriger, d'y descendre jusqu'à dix mètres, de remonter à volonté à la surface de l'eau, enfin d'agir en dehors de l'embarcation sans en sortir et dans toutes les positions. Il peut devenir un aviso caché, et mener à sa suite des machines de guerre. Sa capacité le rend susceptible d'être armé lui-même de manière à se mêler dans un engagement, où il interviendrait puissamment à raison de la surprise.
Un ensemble d'opérations peut se combiner entre plusieurs bateaux plongeurs ; ils peuvent être liés, s'ils sont rapprochés, par des transversales et une ligne télégraphique ; et, plus éloignés, s'entendre par des signaux qui leur soient propres et ne les décèlent pas. Près de la terre, leur attaque serait dirigée facilement, et le succès de la première serait décisif. Fût-il seul, le bateau plongeur suffirait pour protéger la sortie et la retraite des vaisseaux, et pour imprimer la terreur aux ennemis.
Le bateau de M. Castera est encore utile à la recherche des naufragés ; à dresser des cartes où les écueils visités seraient marqués avec la plus grande exactitude ; enfin, à étendre le cercle des connaissances humaines, en révélant les richesses que l'eau recèle dans sa profondeur.


Un bateau pour aller sous l'eau

Il est parlé dans le Journal encyclopédique, du 1er août 1772, d'un bateau pour aller sous l'eau, dont l'invention était due à M. Dionis, académicien de Bordeaux ; il y est dit que cette machine, qui contenait dix personnes, et dont l'expérience fut faite le 28 mai 1772, navigua sous l'eau quatre heures et demie dans la baie de Biscaye, et fit cinq lieues dans cet espace de temps, sans que l'air extérieur y pénétrât.
Déjà Corneille Drebbel avait imaginé un semblable bateau. Pierre Drebbel, et après lui M. Dionis, avaient trouvé le moyen, à l'aide d'une eau artificielle, de mettre les personnes renfermées dans leurs bateaux à l'abri de la suffocation, et de rétablir l'air vital.

Autres origines :