Accueil > Les origines commençant par B > L'origine de bourse

L'origine de Bourse



L'assemblée des marchands

Dans le temps même des anciens Romains, il y avait des lieux où les commerçants s'assemblaient dans les villes les plus considérables de l'empire. La bourse que quelques uns prétendent avoir été bâtie à Rome, l'an 259 après la fondation de cette ville, c'est-à-dire 493 ans avant la naissance de Jésus-Christ, fut nommée collegium mercatorum (l'assemblée des marchands).
C'est sous le nom de bourse que l'on désigne, dans les grandes villes de l'Europe, le lieu où les marchands et les banquiers traitent de leurs affaires, parce que les négociants de Bruges, ville autrefois très florissante pour le commerce, tenaient leurs assemblées dans une place au bout de laquelle était un magnifique hôtel qui appartenait à la famille de Wander-Bourse.


La bourse de Paris

Les marchands et les banquiers de Paris s'assemblaient ci-devant dans un lieu situé dans la grande cour du Palais, au-dessous de la galerie Dauphine, lequel lieu était appelé place du Change. En 1724, l'arrêt du conseil qui établit une bourse pour la ville de Paris, la fixa rue Vivienne ; l'arrêté du directoire exécutif, du 18 nivôse an IV, la transporta dans l'église des Petits-Pères ; elle se tint ensuite dans le Palais-Royal, et définitivement rue des Filles-Saint-Thomas.
Le palais de la Bourse et du tribunal de commerce, situé entre les rues des Filles-Saint-Thomas, de Notre-Dame-des-Victoires, de Feydeau, et la prolongation de la rue Vivienne jusqu'au boulevard, est élevé isolément dans une esplanade de 160 mètres de longueur sur 124 de largeur. Ce monument, commencé en 1808, est un des plus majestueux de la capitale. Il offre un parallélogramme entouré de 60 colonnes de l'ordre ionique, dont 18 sur chacune des faces latérales, 14 sur celle d'entrée par la nouvelle rue prolongée, et autant sur l'autre correspondant à celle-ci. Chaque colonne, de 1,33 mètre de diamètre, y compris le chapiteau, a 11,97 mètres de hauteur. La belle galerie de circulation qui règne au pourtour de la masse des bâtiments, a dans œuvre 2,78 mètres de large (près de neuf pieds), dimension égale à celle du Palais Royal. Les murs de face sur cette galerie sont percés, dans leur pourtour au rez de chaussée, de 52 croisées cintrées, avec impostes, et d'un pareil nombre au premier étage ; en tout, 104 baies, produisant une ordonnance harmonieuse, telle qu'on la remarque dans la grande cour de l'hôtel des Invalides. Le tout est exhaussé sur un soubassement, ou stylobate continu, de 2,67 mètres de haut.
Cet édifice, remarquable par sa belle disposition, le caractère de son architecture et le luxe de sa construction, fut commencé sur les plans de feu Brongniart et continué par M. Labarre. Ce qui signale le talent du successeur de M. Brongniart, c'est le beau comble en fer qu'il a substitué au comble en charpente du premier projet. Cet immense ouvrage de serrurerie, dont on a vu le modèle à la dernière exposition des produits de l'industrie, a été exécuté par M. Albouy, l'un de nos serruriers les plus habiles et de nos plus hardis entrepreneurs.


La bourse de Lyon : la plus ancienne bourse de France

Il ne faut pas croire que la bourse de Paris soit la plus ancienne de France, cette prérogative appartient à celle de Lyon ; celle de Toulouse, la seconde, fut établie par Henri II, en 1549 ; celle de Rouen, la troisième, le fut par Charles IX, en 1566 ; celle de Paris ne fut établie que la quatrième ; enfin la plus nouvelle, du moins avant la révolution, était celle de Montpellier, érigée en 1691, par Louis XIV.
Par la loi du 28 ventôse an IX,le gouvernement a été autorisé à établir des bourses dans toutes les villes où il le jugerait convenable, et, par suite de cette loi, nous voyons presque toutes nos villes commerçantes avoir de pareils établissements.

Autres origines :