Accueil > Les origines commençant par B > L'origine de brique

L'origine de Brique



Depuis la plus haute antiquité

L'usage de la brique remonte à l'antiquité la plus reculée. Les premiers édifices de l'Asie, à en juger par les ruines, étaient de briques séchées au soleil ou cuites au feu. L'Ecriture sainte nous apprend que la ville de Babylone, bâtie par Nembrod, fut construite avec des briques. Les murs célèbres dont Sémiramis la fit enclore ne furent bâtis que de ces matériaux. Il reste encore dans l'Arménie, dans la Géorgie et dans la Perse plusieurs anciens édifices bâtis des mêmes matériaux.
L'usage de construire avec des briques, qui avait commencé dans l'Asie, passa en Egypte. Dans l'ancienne ville nommée Bubaste, ville située dans la Basse-Égypte, on trouve encore des massifs de briques crues ; et, dans plusieurs passages de l'Ecriture, les Israélites se plaignent d'avoir été condamnés pendant leur captivité à fabriquer ces briques et à élever ces massifs.


Dans la Grèce et la Rome antiques

Des Orientaux, cette manière de construire passa chez les Grecs. Vitruve, qui écrivait sous le règne d'Auguste, dit qu'on voyait encore de son temps, dans Athènes, l'Aréopage bâti de terre et couvert de chaume.
Rome, dans son origine, et pendant les quatre premiers siècles de sa fondation, n'était qu'un amas informe de cabanes de briques et de torchis. Les Romains prirent dans la suite des Toscans la manière de bâtir avec de grosses pierres massives et carrées. Vers les derniers temps de la république, ils revinrent à la brique. Le Panthéon et d'autres grands édifices en furent construits. Sous Galien, on formait les murs alternativement d'un rang de briques et d'un rang de pierres tendres et grises.

Les Orientaux faisaient cuire leurs briques au soleil ; les Romains se servaient d'abord de briques crues, seulement séchées à l'air pendant quatre à cinq ans.

En complément :

Autres origines :