Accueil > Les origines commençant par B > L'origine de broie

L'origine de Broie



La broie mécanique rurale

M. Laforest, ancien officier, devenu agriculteur dans le département de la Dordogne, inventa au XIXe siècle une machine extrêmement simple à laquelle il donna le nom de broie mécanique rurale, pour la préparation des chanvres, des lins et autres plantes textiles, sans rouissage quelconque, ni procédé chimique.
Cette machine, que M. Laforest a fait fonctionner pendant plusieurs jours sous les yeux de cinq commissaires de la société royale académique des sciences, a été jugée par eux supérieure à tout ce qui a été tenté jusqu'ici, d'une extrême simplicité, sans cylindres cannelés ou non cannelés, et par conséquent d'une construction facile et peu coûteuse. Son prix, dans la plus grande dimension, ne devant pas excéder 100 francs ; des femmes et des enfants la font mouvoir à volonté et sans efforts.


Les différents services de la broie

Quant aux services que peut rendre la broie mécanique rurale de M. Laforest, d'après les expériences multipliées par les mêmes commissaires, ils sont inappréciables. Elle va purger les campagnes de ces exhalaisons dangereuses qui s'échappaient des routoirs. Les chanvres et les lins, préparés entièrement à sec par elle seule, au point d'être livrés aux fileuses, offriront des brins plus forts, plus beaux et plus abondants.
La chènevotte non rouie qui en sortira va être convertie en une pâte précieuse pour la fabrication du papier, et remplacera avantageusement les meilleurs chiffons.
La compagnie qui s'est formée pour l'exploitation des découvertes de M. Laforest vient de publier un recueil d'instructions qui en présente les résultats comme positifs ; elle en fournit les preuves matérielles dans les bottes de chanvre et de lin travaillées à la broie mécanique rurale et dans une des feuilles du papier fabriqué uniquement avec la chènevotte non rouie.

Autres origines :