Accueil > Les origines commençant par C > L'origine de calvinisme

L'origine de Calvinisme


Jean Calvin, né à Noyon en 1509, commença à dogmatiser en 1533, se retira à Genève en 1536, d'où il fut chassé deux ans après ; il y revint et s'y fixa en 1541.


Les six principaux dogmes du calvinisme

L'on peut réduire à six chefs principaux les dogmes caractéristiques du calvinisme ; savoir:
1° Que Jésus-Christ n'est pas réellement présent dans le sacrement de l'eucharistie, mais qu'il n'y est qu'en signe ou en figure.
2° Que la prédestination et la réprobation sont antérieures à la prescience divine des œuvres bonnes ou mauvaises.
3° Que la prédestination et la réprobation dépendent de la pure volonté de Dieu, sans égard aux mérites ou démérites des hommes.
4° Que Dieu donne à ceux qu'il a prédestinés une foi et une justice inamissibles, et qu'il ne leur impute pas leurs péchés.
5° Que les justes ne sauraient faire aucune bonne œuvre, en conséquence du péché originel, qui les en rend incapables.
6° Que les hommes sont justifiés par la foi seule qui rend les bonnes œuvres et les sacrements inutiles.


Le calvinisme en Europe

Le calvinisme, depuis son établissement, s'était toujours maintenu à Genève, qui fut son berceau. De là il s'est répandu en France, où, après avoir eu des partisans formidables sous le règne de François Ier, de Charles IX et de Henri III, il fut toléré jusqu'à la révocation de l'édit de Nantes, en 1685 ; en Hollande, où il n'a point cessé d'être la religion dominante ; en Angleterre, où il s'est toujours affaibli depuis le règne d'Élisabeth, malgré les efforts qu'ont faits les puritains et les presbytériens pour le faire dominer. Il a été la religion dominante des Provinces-Unies jusqu'en 1572.

Nous n'entreprendrons pas de retracer l'histoire des troubles auxquels a donné lieu la doctrine de Calvin, ni les changements que des sectateurs ont fait subir à sa doctrine ; il nous suffira de dire, qu'à l'exception du premier article, qu'ils ont constamment retenu, les calvinistes ou rejettent ou adoucissent tous les autres.

J'ai vu naître autrefois le calvinisme en France,
Faible, marchant dans l'ombre, humble dans sa naissance ;
Je l'ai vu, sans support, exilé de nos murs,
s'avancer à pas lents par cent détours obscurs.
Enfin mes yeux ont vu, du sein de la poussière,
Ce fantôme effrayant lever sa tête altière,
Se placer sur le trône, insulter aux mortels,
Et d'un pied dédaigneux renverser nos autels.

(Voltaire)

Autres origines :