Accueil > Les origines commençant par C > L'origine de camail

L'origine de Camail



Le port du camail : tantôt autorisé, tantôt défendu

C'est aux capuchons des moines que le camail doit son origine. Les chanoines et autres ecclésiastiques ne commencèrent à s'en servir que vers la fin du XVe siècle, ou au commencement du XVIe. Le concile provincial de Saltzbourg, en 1386, prouve cependant qu'on en faisait usage en Allemagne avant ce temps là, puisqu'il défend aux ecclésiastiques de paraître dans l'église, en public, sans un camail.
Le concile de Bâle, en 1455, ne veut pas que les chanoines portent le camail à l'office.
Le concile provincial de Reims, tenu à Soissons en 1456, et les conciles provinciaux de Sens, en 1460 et en 1485, leur défendent aussi la même chose dans les mêmes termes.
Mais enfin un autre concile provincial de Sens, tenu à Paris en 1528, leur permit de le porter ; et depuis ce concile, tous les ecclésiastiques ont porté le camail dans l'église, à la réserve de quelques clercs réguliers.


La cap de mailles

L'histoire ancienne fait mention de chevaliers qui avaient une couverture de tête assez semblable au camail des évêques, que l'on appelait cap de mailles : de là peut-être est venu le nom de camail.

Autres origines :