Accueil > Les origines commençant par C > L'origine de carte géographique

L'origine de Carte géographique



Les toutes premières cartes géographiques

Strabon prétend qu'Anaximandre de Milet, successeur de Thalès, a été le premier qui ait dressé des cartes géographiques ; d'autres font remonter l'invention de ces cartes à Sésostris, roi d'Egypte. Il est certain que dès les temps les plus reculés la géographie fut cultivée chez les Égyptiens. Les vastes conquêtes de Sésostris contribuèrent beaucoup aux progrès de cette science. Ce monarque, dit Goguet, s'appliqua à faire lever la carte de tous les pays qu'il avait parcourus. Il ne se contenta pas d'enrichir l'Égypte de ces productions géographiques, il eut soin encore d en faire répandre des copies jusque dans la Scythie, par le désir de faire passer son nom dans les climats les plus reculés.

La mémoire des cartes géographiques de Sésostris s'était parfaitement bien conservée dans l'antiquité. Dans le poëme composé par Apollonius Rhodien, sur l'expédition des Argonautes, Phinée, roi de la Colchide, prédit à ces héros les événements qui doivent accompagner leur retour. Argus, un des Argonautes , expliquant cette prédiction à ses compagnons, leur dit que la route qu'ils devaient tenir était décrite sur des tables, ou plutôt sur des colonnes qu'un conquérant égyptien avait autrefois laissées dans la ville d'OEa, capitale de la Colchide. Il ajoute que toute l'étendue des chemins, les limites de la terre et de la mer étaient marquées sur des colonnes pour l'usage des voyageurs.


Les premières cartes topographiques

Un seul fait prouve que ces cartes étaient en usage du temps de Socrate, puisque ce philosophe voulant rabaisser l'orgueil que de grandes possessions territoriales inspiraient à son disciple, lui demanda une carte, et l'invita à y montrer l'Attique ; et quand celui-ci la lui eut fait voir, « Eh bien , ajouta Socrate, montrez-moi à présent vos domaines » ; ce qu'Alcibiade ne put faire.
Le premier qui ait indiqué la manière de dresser des cartes topographiques très exactes, en faisant des observations avec des instruments garnis d'alidades en deux stations, est Philippe d'Amfrie, tailleur général des monnaies de France. La dissertation qu'il a publiée sur ce sujet, en 1597, est très curieuse.


La carte de Cassini

Cette carte, ordonnée par Louis XV, fut commencée vers 1750 ; elle se composait au XIXe siècle de 182 feuilles. Elle est gravée à l'échelle de 1 à 86 400, et donne tous les détails que comporte une semi-topographie. Cassini de Thery a conduit l'exécution de cette vaste entreprise pendant quarante ans, et Jacques-Dominique Cassini, l'a dirigée depuis la mort de son père, arrivée en 1784, jusqu'en 1793, époque où il ne restait plus pour la terminer entièrement que trois planches à graver. Toutes les feuilles de ce chef-d'œuvre de géodésie, qui résultent des divisions de la totalité de la surface de la France par 13 parallèles à la méridienne de l'est à l'ouest, coupées par 20 perpendiculaires du nord au sud à cette même méridienne, peuvent se réunir et former une seule carte qui occuperait un espace d'environ 36 pieds carrés.
Chaque feuille ou numéro formant un parallélogramme, représente 40 000 toises de large sur 25 000 de hauteur, et une surface de 1 000 000 000 de toises carrées. Ce monument, élevé à la gloire de la géographie mathématique, envié à la France par toutes les puissances de l'Europe, fit époque, et l'opinion décernera à Cassini de Thury le titre de créateur de la topographie.


La carte marine

C'est la projection de quelques parties de la mer sur un plan, pour l'usage des navigateurs : on y décrit le plus exactement possible la mer, les côtes, les ports, les rochers, les îles, les golfes, les bancs de sable, etc. Le P. Fournier rapporte l'invention des cartes marines à Henri, fils de Jean, roi de Portugal.
Les grandes opérations géodésiques dont nous avons fourni le type et l'exemple à l'Europe ont facilité l'établissement des cartes générales basées sur les résultats de ces travaux importants. Nos cartes marines ont été rectifiées sur la marche des montres à longitude, et d'après les observations faites sur divers phénomènes célestes.

Autres origines :