Accueil > Les origines commençant par C > L'origine de chaise

L'origine de Chaise



La chaise curule

La chaise curule, sella curulis, chez les Romains, était un siège d'ivoire pliant et sans dossier, plus élevé que les sièges ordinaires, sur lequel s'asseyaient les rois et dans la suite les premiers magistrats, tels que les dictateurs, les consuls, les proconsuls, les prêteurs, les propréteurs, les censeurs et les grands édiles, non seulement chez eux, mais partout où ils allaient, au sénat, à la place publique, dans les assemblées du peuple, dans les temples, aux spectacles, et même chez les particuliers. Cette chaise les suivait à l'armée : on la plaçait sur les chars de triomphe, et elle était un des principaux ornements de la souveraine magistrature.
Les Romains l'envoyaient par honneur aux rois et aux princes leurs alliés. Ceux des sénateurs qui avaient été honorés des grandes dignités de la république conservaient toute leur vie le droit de s'asseoir sur la chaise curule, tant au sénat que partout ailleurs.


La chaise de poste

Les chaises de poste furent inventées, en 1664, par le nommé de la Grugère ; mais le marquis de Crenan en ayant obtenu le privilège exclusif, elles furent appelées chaises de Crenan. C'étaient dans l'origine des fauteuils soutenus sur le milieu d'un châssis, portés par-derrière sur deux roues, et appuyés par-devant sur le cheval. Ce n'est que par la suite qu'on est parvenu à rendre ces voitures douces et commodes, et à leur donner une forme plus agréable.


La chaise à porteur

L'usage des chaises à porteurs fut apporté de Londres en France par M. de Montbrun, bâtard du duc de Bellegarde. Il fallut des lettres patentes, enregistrées en parlement, le 11 décembre 1617, pour permettre qu'on s'en servit dans tout le royaume.
M. l'abbé Wilin inventa, en 1707, une espèce de chaise à porteurs, dont le mécanisme était tel que, soit qu'on montât un escalier, ou qu'on le descendit, elle était toujours dans une situation commode pour la personne qui était dedans.
M. Schwamm a publié un Traité des litières et chaises à porteurs ; ouvrage également utile et agréable.

Autres origines :