Accueil > Les origines commençant par C > L'origine de charybde

L'origine de Charybde


Gouffre dangereux à l'entrée du détroit de Messine, sur la côte de Sicile. Les eaux y décrivent des cercles ou plutôt des lignes spirales qui les rapprochent continuellement du centre, où elles semblent se précipiter avec grand bruit, engloutissant tout ce qu'elles ont entraîné. Ce qui a été ainsi englouti est rejeté du fond du gouffre, et l'on voit flotter à vingt lieues du Charybde les débris des vaisseaux qui y ont péri.


L'exploration du Charybde

Quoiqu'il y ait beaucoup à rabattre de ce que les anciens ont rapporté du Charybde, on ne peut assurer que ce passage soit sans danger. Un voyageur, qui par curiosité voulut reconnaître ce gouffre, rapporte que la barque où il était avec quelques voyageurs, étant parvenue sur les bords, fut aussitôt entraînée, et qu'après avoir fait plusieurs grands tours, elle arriva au milieu qui leur parut un peu plus bas que les bords ; que néanmoins elle n'y fut pas engloutie, mais qu'on ne put l'en relever qu'à force de rames ; enfin qu'un matelot qui se jeta dans l'abîme ne reparut qu'après un demi-quart d'heure, et eut beaucoup de peine à remonter, à cause de la rapidité de l'eau, qui en tournoyant s'abîme comme dans un grand trou.
On sait ce que rapporte le P. Kircher, d'après les archives du royaume de Naples, au sujet d'un plongeur habile, surnommé le Poisson Colas, qui plongea dans le Charybde, pour satisfaire la curiosité de Frédéric, roi de Naples. Il en revint tout hors de lui-même, rapportant néanmoins une coupe d'or que le roi y avait fait jeter. Interrogé sur ce qu'il avait vu, et sur ce qui l'avait si fort effrayé, il répondit que du fond de la mer sortait une rivière très forte, à laquelle l'homme le plus robuste aurait peine à résister ; que le fond est plein de rochers qui présentent leurs pointes aiguës, du milieu desquels s'élancent des torrents rapides dont les courants opposés causent un tournoiement violent dans les eaux ; enfin que le creux de ces rochers était plein de poissons d'une grandeur monstrueuse. Colas, ayant plongé une seconde fois dans le Charybde, à la prière du roi, n'en revint pas.

Autres origines :