Accueil > Les origines commençant par C > L'origine de ciment

L'origine de Ciment


Ciment, du latin cœmentum, dérivé de cœdere, couper, hacher, broyer. M. Félibien observe que ce que les anciens architectes appelaient cœmentum était tout autre chose que ce que nous appelons ciment. Par ciment, ils entendaient une espèce de maçonnerie, ou une manière de poser leurs pierres, ou bien la qualité même des pierres qu'ils employaient, comme lorsqu'ils faisaient des murs ou des voûtes de moellon ou de blocage.


Un ciment ancien de grande qualité

Ce qu'il y a de certain, c'est que le ciment des anciens, dans le sens que nous attachons à ce mot, c'est-à-dire en le prenant pour une composition propre à lier et à faire tenir ensemble plusieurs pièces de maçonnerie, était bien supérieur au mortier employé par les modernes. Il paraît cependant, par ce qui est rapporté dans le Dictionnaire des origines, par une société de gens de lettres, Paris, 1777, que M. Loriot, célèbre mécanicien, était parvenu à faire un ciment qui paraissait avoir les qualités de celui des Romains.


La composition du ciment antique

En 1786, le docteur Clemeuti della Pace a lu à l'académie de Florence une savante dissertation sur le ciment des anciens. Après avoir examiné les opinions des philologues, des antiquaires et des naturalistes sur cet objet, il conclut que la pozzolane a été le principal ingrédient du gluten que les anciens ont employé, non seulement dans leurs édifices, mais aussi dans ces chemins dont nous admirons encore les restes.
« Ce serait, est-il dit dans le Dictionnaire de l'industrie, à qui nous empruntons ce dernier article, une question de savoir quel est le résultat des recherches qui ont été faites sur les mortiers antiques, qui est-ce qui a le plus approché de cette précieuse découverte, et en quoi elle serait dès à présent applicable à la construction des bâtiments. »

Autres origines :