Accueil > Les origines commençant par C > L'origine de colosse de rhodes

L'origine de Colosse de Rhodes



Une des sept merveilles du monde

Assiégés par Démétrius, surnommé Poliorcète (preneur de villes), les Rhodiens firent une si belle défense, qu'ils méritèrent l'estime de leur ennemi, qui, en levant le siégé, leur fit présent de toutes les machines de guerre qu'il y avait employées. L'argent qu'ils en tirèrent leur servit à construire ce fameux colosse, une des sept merveilles du monde. Il représentait Apollon ou le soleil, le dieu des Rhodiens. Cette énorme statue avait, selon la plus commune opinion, 70 coudées de haut, ou 105 pieds, selon Festus ; elle était toute d'airain.
L'ouvrier avait fait dans l'intérieur, qui était creux, des ponts de fer et de pierres carrées. Ses pieds étaient posés sur deux bases prodigieusement hautes, à l'entrée du port de Rhodes, et étaient assez éloignés l'un de l'autre pour que les navires passassent à pleines voiles entre ses jambes.


La destruction du colosse

Ce colosse, commencé par Charès, l'Indien, disciple de Lysippe, et achevé par Lachès, fut renversé par un tremblement de terre, dit Pline, cinquante-six ans après qu'il eût été posé, et demeura ainsi jusqu'au temps de Vespasien, qui le fit relever. Dans l'intervalle, tous les peuples, à l'envi, avaient envoyé à Rhodes des sommes considérables pour le réparer ; mais les Rhodiens se partagèrent cet argent, sous prétexte que l'oracle de Delphes avait défendu de relever la statue.
Les Sarrasins s'étant rendus maîtres de l'île de Rhodes, au milieu du VIIe siècle, et trouvant le colosse renversé, le vendirent à un juif, qui le mit en pièces, et chargea neuf cents chameaux de l'airain dont était fabriqué ce colosse (la charge d'un chameau est de huit cents livres).
Peu de gens pouvaient embrasser son pouce ; ses autres doigts étaient de la grosseur des statues ordinaires. L'artiste avait ménagé dans l'intérieur des escaliers qui conduisaient au sommet du monument, d'où l'on découvrait les côtes de Syrie, et même les vaisseaux qui naviguaient dans ces mers.


Les autres statues gigantesques

Ce genre de statue avait commencé en Egypte, où Sésostris fit placer dans un temple de Vulcain, à Memphis, plusieurs statues, tant de lui que de sa famille, dont les unes avaient trente coudées de haut et les autres vingt. On voyait à Apollonie, ville du Pont, une statue d'Apollon de trente coudées de haut, que Lucullus fit apporter à Rome. Il y avait parmi les antiquités de cette ville sept fameux colosses, deux d'Apollon, deux de Jupiter, un de Néron, un de Domitien et un du soleil.

Autres origines :