Accueil > Les origines commençant par C > L'origine de coqueluche

L'origine de Coqueluche



Les premiers cas de coqueluche

Rosen croit que cette maladie est originaire d'Afrique et des Indes orientales, et que c'est de là qu'elle est passée en Europe. « J'apprends de Mézeray, dit Ménage, que le mot de coqueluche, en cette signification de rhume, était en usage en 1414, sous Charles VI. Voici ses termes : Un étrange rhume, qu'on nomma la coqueluche, tourmenta toutes sortes de personnes durant les mois de février et de mars, et leur rendit la voix si enrouée, que le barreau, les chaires et les collèges en furent muets. Il causa la mort presque à tous les vieillards qui en furent atteints. »
M. de la Faye, dans ses Annales de Toulouse, en 1509, dit que ce mal fut ainsi appelé parce qu'il saisissait les gens par la coque, c'est-à dire par la tête. A dater du XVe siècle elle a régné, d'une manière épidémique dans toutes les contrées de l'Europe, depuis le nord jusqu'au midi.


Les ravages de la coqueluche

Cette maladie, au rapport d'Etienne Pasquier (Recherches de la France), reparut vers le milieu du XVIe siècle. « En l'an 1547, il survint, dit Valeriola, un mal de tête accompagné d'une perpétuelle fluxion de pituite par le nez, que l'on nomma coqueluche : et pratiquons encore ce mot en même matière, quand les occasions s'y présentent, etc. »
Les noms vulgaires étrangers sont tirés du genre de toux qui caractérise ordinairement la coqueluche, et qu'on a très improprement comparée au braiement de l'âne ou à la toux du mouton. Dans quelques contrées de l'Allemagne on l'appelle toux bleue, à cause de la coloration de la face pendant l'accès.
La coqueluche fit ensuite de grands ravages en France en 1723 et en 1733.


Un mot apparenté au capuchon

Monet, Mézeray, Valeriola et le père Garasse, pensent que ce nom lui fut donné parce que ceux qui en étaient attaqués portaient une coqueluche ou capuchon pour se tenir chaudement. « Le nom de cette fluxion, dit ce dernier (Recherches des recherches de Pasquier), vient de ce que les enfants, étant saisis de cette incommodité, pour leur tenir la tête chaude, on les affublait d'un capuchon, lequel en terme de populace s'appelle un coqueluchon, et de là se dit coqueluche. »
Les Italiens ont appelé cette sorte de toux tossa coccilina.
C'est également du bonnet de ce nom, que portaient les femmes autrefois, qu'est venu l'expression : être la coqueluche des femmes, c'est-à-dire qu'elles en sont coiffées.

Autres origines :