Accueil > Les origines commençant par C > L'origine de corvée

L'origine de Corvée


Certain travail et service que le paysan devait à son seigneur, pour la réparation des routes.


Une institution datant du XVIIIe siècle

On a cru que la corvée était une institution très ancienne ; elle ne remonte pas au-delà de la régence ; elle a commencé à cette époque. Elle est née des circonstances et d'un exemple donné par les étrangers. Le duc Léopold s'en servit en Lorraine, on l'imita en Alsace, ensuite en Champagne, insensiblement et de proche en proche dans toutes les provinces.


Un mot très ancien

Ce mot de corvée est très ancien dans le système féodal ; mais il y avait un autre sens ; il y représentait certains travaux de la glèbe.
Cet impôt vexatoire, dont on doit la suppression au vertueux Louis XVI, avait inspiré au chantre des Saisons les vers suivants :

J'ai vu le magistrat qui régit la province,
L'esclave de la cour et l'ennemi du prince,
Commander la corvée à de tristes cantons,
Où Cérès et la faim commandaient les moissons.
On avait consumé les grains de l'autre année ;
Et je crois voir encore la veuve infortunée,
Le débile orphelin, le vieillard épuisé,
Se traîner en pleurant au travail imposé.
Si quelques malheureux, languissants, hors d'haleine,
Cherchaient un gazon frais, le bord de la fontaine,
Le piqueur inhumain qui préside aux travaux
Leur vendait à prix d'or un moment de repos.

(Saint Lambert, Les Saisons)

Autres origines :