Accueil > Les origines commençant par C > L'origine de costume

L'origine de Costume



Les costumes de théâtre non conformes à l'époque

On a vu encore au milieu du XVIIIe siècle les dames romaines, les épouses des héros grecs paraître sur la scène avec des coiffures et des habits français. On a vu les consuls romains et les chefs de la Grèce, couverts d'une cuirasse antique et chaussés du cothurne, porter nos chapeaux français surmontés d'un panache, qui rendait encore la disparate plus choquante.
Mademoiselle Clairon, la première, éclairée par le bon sens, avait consulté l'histoire et conformé sa mise au temps et aux lieux où vivaient les personnages qu'elle représentait.
Madame Favart fut la première qui, dans le comique, observa le costume et osa sacrifier les agréments de la figure à la vérité des caractères. Avant elle, les actrices qui représentaient des soubrettes, des paysannes, paraissaient avec de grands paniers, la tête surchargée de diamants. Dans Bastion, elle mit un habit de serge, tel que le portent les villageoises ; une chevelure plate, une simple croix d'or, les bras nus et des sabots.


L'exactitude des costumes

Lekain avait senti que l'exactitude des costumes était une condition essentielle de l'imitation théâtrale ; mais, soit qu'il craignit de trouver le public rebelle à l'innovation qu'il avait en vue, soit qu'il redoutât l'effet des vêtements antiques sur son physique ingrat, il renonça bientôt à la résolution qu'il avait projetée. Il était réservé à M. Talma, dit un auteur du XIXe siècle, d'opérer ce changement à une époque où l'agitation habituelle de nos esprits devait le faire et le fit en effet accueillir avec empressement.
M. Talma parut donc le premier sur la scène avec une toge romaine dans Brutus. « Cette apparition, disent les auteurs d'une Biographie des contemporains, excita la surprise parmi les amateurs habitués aux manteaux de satin, aux culottes jarretées, aux talons rouges, et aux tresses flottantes des héros de la fable et de l'histoire. » Heureusement ces amateurs formaient alors la minorité du public ; l'exactitude des costumes fut bientôt admise généralement ; et cette admission nécessita une nouvelle étude de la déclamation, à laquelle tous les genres de talents ne furent pas également propres.

Autres origines :