Accueil > Les origines commençant par C > L'origine de cristallogbaphie

L'origine de Cristallogbaphie


L'art d'observer, de connaître et de décrire la forme géométrique des cristaux.


Une découverte de M. Haüy

La grande découverte de la structure des cristaux qui composent les minéraux est due au savant et modeste Haüy, mort le 1er juin 1822, à l'âge de 79 ans. Voici comment M. Cuvier la présente dans le discours qu'il a prononcé, aux funérailles de son confrère :
« Au milieu d'occupations obscures et laborieuses, une idée vint sourire à M. Haüy : une seule, mais lumineuse et féconde. Dès lors il ne cessa de la suivre ; son temps, les facultés de son esprit, il lui consacre tout : pour elle, il étudie la minéralogie, la géométrie, la physique ; il semble vouloir devenir un homme tout nouveau. Mais aussi quelle magnifique récompense accordée à ses efforts ! Il dévoile la secrète architecture de ces productions mystérieuses où la matière inanimée paraissait offrir les premiers mouvements de la vie, où il semblait qu'elle prit des formes si constantes et si précises, par des principes analogues à ceux de l'organisation. Il sépare, il mesure par la pensée les matériaux invisibles dont se forment ces étonnants édifices ; il les soumet à des lois invariables ; il prévoit, par le calcul, les résultats de leurs assemblages, etc.
Parmi des milliers de ces calculs, aucun ne se trouve en défaut. Depuis ce cube de sel, que chaque jour nous voyons naître sous nos yeux, jusqu'à ces saphirs et à ces rubis, que des cavernes obscures cachaient en vain à notre luxe et à notre avarice, tout obéit aux mêmes règles ; et, parmi les innombrables métamorphoses que subissent tant de substances, il n'en est aucune qui ne soit consignée d'avance dans les formules de, M. Haüy.
Un de nos illustres confrères a dit avec raison qu'il n'y aura plus un autre Newton, parce qu'il n'y a pas un second système du monde ; on peut aussi, dans une autre sphère plus restreinte, dire qu'il n'y aura point un autre Haüy, parce qu'il n'y aura pas une deuxième structure des cristaux. »


L'art de tailler les cristaux

Cet art nous vient de Bohème ; il fut importé en France, au XVIIIe siècle, par un nommé Bucher, qui se fixa à la verrerie de Saint-Quirin, dont les produits étaient alors plus en usage que le cristal.
Par la suite on a gravé et on a taillé les cristaux avec plus de promptitude après la découverte de l'acide fluorique, trouvé par Scheele en 1771, perfectionné par MM. Gay-Lussac et Thénard.

Autres origines :