Accueil > Les origines commençant par C > L'origine de cuivre

L'origine de Cuivre


L'ancienne tradition des Égyptiens portait que, du temps d'Osiris, l'art de fabriquer le cuivre avait été trouvé dans la Thébaïde. On commença à en faire des armes pour exterminer les bêtes féroces et des outils pour cultiver la terre.


L'usage du cuivre dans l'Antiquité

Cadmus porta aux Grecs la connaissance de ce métal, et fut le premier qui leur apprit la manière de le travailler. La calamine ou cadmie, qui est d'un si grand usage pour affiner le cuivre et en augmenter le poids, avait reçu de Cadmus le nom qu'elle portait autrefois, et qu'elle conserve encore aujourd'hui.
On voit dans les écrits d'Homère que, du temps de la guerre de Troie, le fer était encore peu en usage ; le cuivre en tenait lieu, et ce métal était employé tant à la fabrique des armes qu'à celle des outils. Il en a été de même pendant bien des siècles chez les Romains.
Ce n'était pas, au reste, un usage particulier aux Grecs et aux Romains ; il a été commun à toutes les nations de l'antiquité. Chez les Égyptiens, les armes étaient ordinairement d'airain. Job parle d'arc d'airain. L'Écriture dit que les Philistins s'étant rendus maîtres de Samson, le chargèrent de chaînes d'airain. Hérodote assure que, chez les Messagètes, les coignées, les piques, les carquois, les haches, et jusqu'aux harnois des chevaux, étaient de ce métal.


L'art d'étamer le cuivre

C'est aux Gaulois que Pline attribue l'invention de l'art d'étamer le cuivre.
William Wood, dans l'État des manufactures de cuivre de l'Angleterre, offert en considération au parlement, en 1721, dit que ce n'est qu'en 1689 qu'on fit revivre en Angleterre l'art d'extraire le cuivre et de le raffiner, principalement dans le comté de Cornouailles. Cet art précieux avait été oublié et entièrement négligé depuis longtemps, et même depuis l'époque de l'entrée des Saxons en Angleterre. On trouve cependant dès 1399, sous le règne de Richard II, une mine de cuivre exploitée dans le Shropshire. En 1561, Rapin et d'autres auteurs placent la découverte d'une autre mine de cuivre pur dans le duché de Cumberland , près de Keswck, qui, selon Cambden, avait été oubliée ou négligée pendant plusieurs siècles.


Le doublage en cuivre

Une découverte de sir Humphrey Davy, au début du XIXe siècle, dut intéresser toutes les marines de l'Europe. L'eau de la mer exerce une action corrosive sur les enveloppes de cuivre qui doublent les vaisseaux. L'illustre président de la société royale de Londres a déduit de la théorie un moyen très simple de prévenir cet effet. Il suffit de mettre en contact, avec une feuille de cuivre d'une grande superficie, une masse de zinc ou de fer égale au vingtième du poids du cuivre qui sert à doubler le vaisseau. Ce contact change l'état électrique du cuivre, et par cela même fait cesser l'action mutuelle de cette substance et de l'eau de la mer.
Des expériences réitérées, et les observations faites dans un voyage de long cours, ont confirmé cette heureuse application. Dans ces expériences, la surface du cuivre n'a point été altérée ; elle a conservé le poli métallique.
Voilà un nouvel exemple de l'utilité immédiate des théories. Ce succès était digne du grand physicien qui, par des recherches multipliées sur la nature de la flamme, a découvert un moyen de prévenir les explosions funestes dans l'intérieur des mines.

Autres origines :