Accueil > Les origines commençant par D > L'origine de dé

L'origine de Dé



Le jeu de dé depuis l'antiquité

Sorte de jeu de hasard, fort en vogue chez les Grecs et chez les Romains. L'origine en est très ancienne, si l'on en croit Sophocle, Pausanias et Suidas, qui en attribuent l'invention à Palamède. Hérodote la rapporte aux Lydiens, qu'il fait auteurs de tous les jeux de hasard. Si l'on en croit Hyde, les dés ont été inventés dans l'intervalle de temps qui s'est écoulé entre Homère et Aristophane ; mais l'auteur anonyme du livre anglais intitulé An inquiry into the antient greek game (Recherche sur l'ancien jeu grec), fixe l'époque de cette invention à 600 ans avant Jésus-Christ, et il trouve, dans Hérodote, que les Lydiens en furent les inventeurs.


Les différents coups des dés

Les dés antiques étaient des cubes, de même que les nôtres ; ils avaient par conséquent six faces. Ce qui s'entend des deux dés avec lesquels on jouait quelquefois. Le jeu plus ordinaire était à trois dés, suivant le proverbe grec : Trois, six ou trois as, tout ou rien. Les Grecs avaient donné les premiers les noms des dieux, des héros, des hommes illustres, et même des courtisanes fameuses, à tous les coups différents des dés. Le plus beau coup, comme parmi nous, était trois fois six ; ou le nommait Vénus, qui désignait, dans les jeux de hasard, le coup le plus favorable. Le plus mauvais était trois as.
Comme le jeu s'accrut à Rome avec la décadence de la république, celui de dés prit d'autant plus faveur, que les empereurs en donnèrent l'exemple. Quand les Romains virent Néron risquer jusqu'à quatre mille sesterces dans un seul coup, ils mirent bientôt une partie de leurs biens à la merci des dés.
Il est parlé des dés sous Philippe-Auguste ; mais il paraît que leur figure n'était pas carrée comme celle des nôtres.


Les dés fossiles

On trouve quelquefois, aux environs de Bade en Suisse, de petits corps cubiques de trois à quatre lignes de diamètre, enfoncés à peu de profondeur en terre, qui paraissent être des dés à jouer, mais on ignore leur origine. Il est probable qu'il en existait là jadis quelque manufacture, qui fut renversée par une inondation ou par quelque autre catastrophe. Ceux que j'ai vus, dit M. Patrin (Dictionnaire d'histoire naturelle), m'ont paru faits d'argile cuite.

Autres origines :