Accueil > Les origines commençant par D > L'origine de deuil

L'origine de Deuil



Depuis les temps le plus reculés

L'usage de témoigner la douleur qu'on éprouve de la perte de ses proches par des marques extérieures a eu lieu, dit Goguet (Origine des lois, des arts, etc.), dès les temps les plus reculés. Au sujet de la mort de Sara, l'Ecriture observe qu'Abraham s'acquitta des devoirs du deuil ; et, ailleurs, elle dit que Juda, ayant perdu sa femme, laissa passer le temps du deuil avant que de se montrer en public. Mais on ignore combien durait alors le deuil chez les Orientaux et la manière: dont on le portait. Il est certain qu'on changeait d'habits, et qu'il en avait alors d'affectés pour les veuves. C'est un fait dont l'histoire de Thamar ne permet pas de douter.
Les Juifs étaient dans l'usage de se raser dans le deuil et de déchirer leurs vêtements ; mais chez eux, le grand-prêtre ne portait jamais le deuil.
Dans les grands deuils, les Égyptiens laissaient croître leurs cheveux et coupaient leur barbe ; hors de là, ils portaient les cheveux courts et la barbe longue. Les Assyriens et les Perses se rasaient dans le deuil comme les Égyptiens.


Le deuil dans l'antiquité greco-romaine

Dans l'antiquité, les femmes portaient le deuil en habits noirs, et cela chez les Romains comme chez les Grecs. Cette mode existait déjà du temps d'Homère, qui nous apprend que Thétis, plongée dans la tristesse par la mort de Patrocle, prit le plus noir de ses vêtements. Mais, sous les empereurs romains, cet usage éprouva un changement total, et les femmes portèrent le deuil en habits blancs. Ainsi, quand Plutarque nous parle en général des habits blancs pour le deuil sans fixer l'époque, il n'est question que de l'usage de son temps. Hérodien fait mention du deuil en habits blancs dans sa relation des funérailles de l'empereur Septime-Sévère. Il nous raconte que l'image de cet empereur, faite en cire, était entourée, d'un côté, d'une troupe de femmes vêtues de blanc, et de l'autre, du corps de tous les sénateurs habillés de noir, car chez les Romains les hommes s'habillaient constamment de noir dans le deuil.


L'usage du deuil en France

L'usage des rois de France, de porter le deuil en violet, n'est pas fort ancien, puisque Charles VII et Louis XI prirent le noir à la mort de leurs pères, ainsi que nous l'apprenons de Monstrellet, dont nous allons rapporter les paroles : « Charles VII, entendue la mort de son père, prestement et par l'advis de son conseil, fut vestu de noir. » Et en parlant de la mort du même Charles VII, il rapporte qu'on lui fit un service solennel, « auquel furent, faisant le deuil, vestus de noir le Dauphin en chef, et après luy le duc Philippes de Bourgongnes. »
Si nous en croyons Le Laboureur, les reines de France portaient anciennement le deuil en blanc, et cet usage ne fut changé que par la reine Anne de Bretagne. « Cette princesse, dit cet auteur (De l'origine des armes, 1658), ayant ressenti un deuil extraordinaire de la mort de son cher seigneur et mari Charles VIII, le pleura d'une façon nouvelle et extraordinaire ; car elle quitta les atours et ornements blancs des reines veufves ses devancières, à raison de quoi on les appelait [iyreines blanches[/i], pour prendre les crespes, mantes et escharpes noires, qu'elle estima plus propres pour signifier au dehors l'extrême tristesse qui la serrait au dedans. »

Autres origines :