Accueil > Les origines commençant par E > L'origine de écluse

L'origine de Écluse



Les premières écluses

Chez les Chinois et les Égyptiens, l'eau était retenue dans les canaux au moyen de grosses traverses de bois placées au-dessus les unes des autres et engagées dans une batine en pierre de taille ; le reste du canal n'était qu'un fossé sans maçonnerie.


Le perfectionnement des écluses

En 1765, M. Zacharie a imaginé de nouvelles portes d'écluses d'un seul vanteau, qui, au lieu de s'ouvrir horizontalement, s'abaissait au fond du canal.

En 1808, on voyait à l'école des ponts et chaussées, le modèle d'une nouvelle construction d'écluse, inventée par M. Bétancourt, et qui a été approuvée par l'Institut. Déjà MM. Bosset et Solages avaient imaginé une écluse à sas mobile pour passer les bateaux avec une très petite dépense d'eau : M. Bétancourt épargne même cette dépense.
Il place à côté de son écluse, et fait communiquer avec elle un puits, dont la capacité est déterminée par la quantité d'eau nécessaire en augmentation dans l'écluse pour passer du niveau de celle du canal du bief inférieur au niveau de celle du bief supérieur. Ce réservoir économique donne ou répand la même quantité d'eau, soit pour monter, soit pour descendre les bateaux. Il fallait, à cet effet, un moyen mécanique capable d'agir sur la masse d'eau contenue dans ce puits, à la manière dont le piston agit dans les pompes foulantes pour la faire passer alternativement de l'écluse dans le puits, et du puits dans l'écluse. A l'aide d'un mécanisme fort simple, M. Bétancourt a résolu ce problème.
Il introduit dans le puits un plongeur, qui n'est effectivement qu'un pistou construit en forme de caisse rempli d'eau, surchargé de manière à peser plus que l'eau qui tendrait à le soulever. Une chaîne, un contre-poids à bascule et en engrenage sont disposés de manière à ce qu'un seul homme puisse, en tournant une manivelle, soit élever, soit abaisser le plongeur, et par là vider ou remplir l'écluse avec la même eau.
Cette invention convient parfaitement au système des petits canaux ; mais on la croit moins avantageuse pour les grands, les plans inclinés en fer convenant mieux, dit-on, pour passer par-dessus les collines, et franchir une différence de niveau un peu considérable.

Autres origines :