Accueil > Les origines commençant par E > L'origine de éloquence

L'origine de Éloquence


La nature donne les premières règles de l'éloquence. Elle anime, inspire, échauffe les hommes qui soutiennent de grands intérêts, ou qu'excitent de grandes passions. Ceux-là peuvent se passer les préceptes de l'art : Tisias, qui les a recueillis le premier, n'a pas travaillé pour eux.


Les lois de l'éloquence dans l'antiquité

Platon exposa les lois de l'éloquence dans son Gorgias ; et Aristote dans son livre De la rhétorique, en creusa les sources. Alors la véritable éloquence n'existait que dans la Grèce. Elle ne commença à se montrer dans Rome que du temps des Grecques, ne fut perfectionnée que sous Cicéron, et périt avec la république. L'éloquence sublime n'appartient, dit-on, qu'à la liberté ; c'est qu'elle consiste à dire des vérités hardies, à développer des raisons, à étaler des peintures fortes. Souvent un maître n'aime pas la vérité, craint les raisons, et aime mieux un compliment délicat que de grands traits.


L'éloquence en France

On la rencontre rarement en France au barreau, parce qu'elle n'y a point de grands intérêts publics pour objet, et qu'elle n'y conduit pas aux plus grands honneurs, comme dans Athènes et, dans Rome ; mais elle s'est retirée, dit Voltaire, dans les oraisons funèbres de Bossuet et de Fléchier. Jusqu'à Bourdaloue, le zèle et la piété avaient souvent paru en chaire, mais on n'y avait pas vu la raison avec tous les ornements de l'éloquence.
Si de grands intérêts, si la perspective des premiers honneurs manquaient à l'éloquence, comme l'a remarqué Voltaire, dans le temps où ce grand homme écrivait, il est vrai de dire que cette palme que réclamait encore notre gloire littéraire a été cueillie depuis que le nouvel ordre de choses, en changeant ou modifiant la forme du gouvernement, a offert à l'art de persuader des objets vraiment dignes de lui, et que la tribune a souvent ouvert le chemin aux premiers emplois publics. Il suffit d'ouvrir les séances de l'assemblée constituante et des législatures qui l'ont suivie, pour se convaincre que plusieurs de nos orateurs ont su se placer auprès de Démosthène et de Cicéron.

Autres origines :