Accueil > Les origines commençant par E > L'origine de engrais

L'origine de Engrais


On comprend sous ce nom toutes les choses qui, répandues sur la terre, servent à la féconder, comme sont les fumiers, les terres, etc.


L'usage des engrais dans la Rome antique

Les cultivateurs romains donnaient une grande attention aux moyens de se procurer des engrais. Ils en ramassaient de toutes parts. Leurs volières leur en fournissaient beaucoup. Au défaut du fumier des animaux, ils convertissaient en engrais les végétaux et les fossiles. Ils n'employaient cependant pas la marne, soit qu'ils ne crussent pas qu'elle convînt à leurs terres, soit qu'ils ignorassent son utilité, ce qui est plus vraisemblable.
Pline, en effet, ne paraît avoir connu la propriété de la marne pour amender les terres, que par l'usage qu'on en faisait dans les Gaules et en Angleterre. Lorsque les laboureurs manquaient d'engrais, ils semaient dans leur champ des légumes ; non pour les recueillir, mais pour les enfouir en les retournant avec la charrue, avant qu'ils montassent en graine. On brûlait aussi les chaumes, et on parquait les moutons en plein champ dans l'intention d'engraisser les terres. Quand on nettoyait les cloaques de Rome, les immondices se vendaient jusqu'à six cent mille écus dans les derniers temps. Stercutius avait des autels à Rome pour avoir inventé l'art de fumer les terres, comme Triptolème en avait en Grèce pour avoir appris aux hommes à labourer.


L'intérêt pour les engrais en France

Vers le XIXe siècle on s'est, chez nous, beaucoup plus occupé de l'agriculture qu'on ne le faisait auparavant ; et plusieurs savants ont publié des observations particulières sur les engrais : parmi eux on distingue M. de Planaza.

Autres origines :