Accueil > Les origines commençant par E > L'origine de essai

L'origine de Essai


Opération par laquelle on s'assure de la pureté d'un métal.


Une invention de Agricola

Avant Agricola, la docimastique, dont Kiesling attribue l'invention au travail des mines, n'avait existé que dans les laboratoires. Agricola est le premier qui ait saisi l'esprit de la docimastique ou de l'art des essais. Les savants qui sont venus après lui n'ont fait que mettre en ordre ce qu'il avait rassemblé en masse.


L'essai de l'argent

Avant qu'on eût trouvé la méthode d'essayer à la coupelle, méthode qui paraît avoir été inventée vers l'an 1300, sous Philippe-le-Bel, quand on voulait, dit M. Basinghen, savoir le titre d'une monnaie ou d'une autre matière d'argent, ou en tirait un à deux grains avec un petit instrument appelé échoppe, on les mettait sur des charbons ardents, et on jugeait par leur couleur plus ou moins blanche du titre de l'argent ; ce qu'on appelait faire l'essai à la rature ou à l'échoppe.


Les essais de l'or

Pour essayer l'or, on se servait de la pierre de touche, et de petits morceaux d'or à différents titres éprouvés qu'on appelait touchaux. Ils étaient comme des ferrets d'aiguillette assez plats. On frottait l'espèce ou autre matière d'or sur la pierre de touche, on y frottait aussi les touchaux que l'on croyait les plus approchants du titre ; et comme le titre de chaque touchau y était marqué, on jugeait à peu près du titre de la matière d'or qu'on essayait par sa couleur en la comparant à celle qu'imprimaient les touchaux. Ce procédé ne pouvait pas être fort certain ; aussi en a-t-on cherché d'autres qui assurassent mieux le titre de l'or ; enfin on s'est fixé à celui de la coupelle et de l'eau-forte, comme devant être plus juste.
Quant à l'essai de l'or par voie de départ ou de dissolution, cette façon n'a été découverte, ou du moins mise en usage, que plus de deux cents ans après la coupelle. Les premières expériences que nous trouvons avoir été faites à Paris sont de l'an 1518, sous François Ier.


L'essai des viandes et du vin

Chez les Mèdes on était dans l'usage, au rapport de Xénophon, de faire l'essai de la boisson qu'on présentait au roi. L'échanson, avant de servir la coupe au prince, versait dans le creux de sa main gauche quelques gouttes de liqueur qu'il goûtait.
Tibère est le premier des empereurs romains qui ait introduit l'usage de faire faire des essais des viandes et des liqueurs à ses officiers de bouche et à ses échansons : « Il avait, est-il dit dans la Bibliothèque des Romains (1778), emprunté cet usage des anciens monarques de la Perse, rois barbares qui, comme Tibère, craignaient d'être empoisonnés. »

Autres origines :