L'origine de Éternuement


Les souhaits et les éternuements

L'usage de faire des souhaits pour ceux qui éternuent remonte à une très haute antiquité ; les Grecs disaient, en pareil cas, vivez, ou bien que Jupiter vous conserve ; les Romains disaient salve (portez-vous bien).
L'an 591, sous le pontificat de Grégoire I, il y eut, dit-on, une épidémie dont ceux qui étaient atteints mouraient en éternuant ; de là en prit, selon quelques auteurs, la coutume de dire Dieu vous bénisse à ceux qui avaient cette espèce de convulsion au cerveau. Depuis longtemps on se contente de saluer ceux qui éternuent.


Les éternuements comme présages

Nous voyons dans le dix-septième livre de l'Odyssée que la superstition de prendre les éternuements pour des présages est très ancienne. Ce symptôme était décisif dans les liaisons galantes, et les poètes grecs et latins disent, des jolies personnes, que les amours avaient éternué à leur naissance. Eustathe a remarqué qu'éternuer à gauche était un signe malheureux, et qu'éternuer à droite était un signe favorable.
L'heure où l'on éternuait n'était pas non plus indifférente chez les anciens, car les présages étaient bons si l'éternuement avait lieu l'après-dîner, mauvais lorsque c'était le matin, et pernicieux en sortant du lit ou de la table ; quand il arrivait d'éternuer en se chaussant, on se remettait au lit.

Utilisation des cookies

1001origines et ses partenaires souhaitent utiliser des cookies pour pésenter des publicités, y compris des publicités basées sur les centres d'intérêts.

Vous pourrez à tout moment modifier votre choix en cliquant sur Gestion des cookies en bas de chaque page.



 

Sans publicité, 1001origines ne peut pas exister.Sans revenus publicitaires, 1001origines ne peuvent pas exister. Vous avez choisi de refuser les cookies, notamment ceux nécessaires à la personnalisation des publicités.

L'accès au contenu du site est donc limité. Merci de votre compréhension.