Accueil > Les origines commençant par E > L'origine de éther

L'origine de Éther



Considéré autrefois comme un fluide atmosphérique

Les modernes entendaient par l'éther un fluide très rare, ou un fluide au-dessus de l'atmosphère et qui la pénètre ; infiniment plus subtil que l'air que nous respirons, d'une étendue immense dans laquelle les corps célestes sont portés ; qui remplit tous les espaces où ils font leur cours, et se laisse traverser sans aucune résistance sensible.
L'existence d'un tel fluide était généralement reconnue, quoique plusieurs auteurs, parmi les modernes même, n'étaient point d'accord sur sa nature. Les uns supposaient que c'était une sorte d'air plus pur que celui qui environné notre globe ; d'autres soutenaient, avec Homberg, que c'était une substance d'une nature approchante de celle du feu, qui émanait du soleil et de toutes les autres étoiles fixes ; d'autres enfin en faisaient un fluide d'une nature particulière, sui generis, dont toutes les parties étaient d'une petitesse qui excèdait même celle de la lumière. Quel que soit, ajoute M. Dutens, celui de ces sentiments que l'on adoptait sur l'existence et la nature de l'éther, on en trouvera l'origine dans ce que les anciens ont dit sur ce sujet ; et il cite en effet, à l'appui de son assertion, les opinions des stoïciens, de Pythagore, d'Anaxagore et de Platon sur la nature de ce fluide.


L'éther en chimie

Les chimistes désignent sous ce nom une liqueur inflammable très subtile et très volatile qui tient le milieu entre l'alcool (esprit-de-vin rectifié) et les huiles légères. Cette liqueur n'est bien connue que depuis que les chimistes modernes se sont appliqués à la décomposer et à en découvrir les propriétés.


L'éther sulfurique

Le plus anciennement connu et le plus fréquemment employé. Cette découverte remonte au moins au XVIe siècle, car il en est parlé dans la Pharmacopée de Valérius Cordus, publiée à Nuremberg en 1540. Cependant ce n'est que vers l'année 1730 que les chimistes commencèrent à étudier avec soin les propriétés de cet éther.
On fait usage d'éther en médecine, et c'est Frédéric Hoffman qui l'a employé un des premiers comme calmant et antispasmodique. La fameuse liqueur minérale anodine de ce médecin n'est que de l'esprits-de-vin qui tient en dissolution une certaine quantité d'éther.

Autres origines :