Accueil > Les origines commençant par E > L'origine de étoffe

L'origine de Étoffe


Sidon était renommée dans l'antiquité pour la fabrique des toiles de lin, des tapis, et des voiles précieux.


Les étoffes d'or de l'antiquité

Les riches étoffes des anciens n'étaient pas fabriquées, comme celles des modernes, d'un fil d'or ou d'argent très mince filé sur une trame de soie, mais elles étaient tissues d'un or sans aucun alliage. C'est ce que nous apprend Pline, lorsqu'en parlant d'Agrippine, épouse de Claude, il dit que cette princesse assista au spectacle d'un combat naval vêtue d'un paludamentum tissu d'or pur (indutam paludamento auro textili, sine alid matenriä). Le même auteur rapporte que Tarquin l'Ancien avait déjà porté une robe d'or, tunicam auream.


L'usage des premières machines

M Golyon, marchand fabricant d'étoffes des villes de Lyon et de Rouen, a inventé, en 1752, une machine des plus curieuses à l'usage des manufactures de toutes sortes d'étoffes. Une seule personne fait avec cette machine cinq opérations à la fois, qui sont, suivant les termes de l'art, l'asplage, le bobinage, le retortiage, l'ourdissage et l'encollage ; ainsi une seule personne peut préparer, par ce moyen, ce qui devrait passer entre les mains de cinq personnes successivement.
Cette machine a l'avantage qu'on peut l'employer pour préparer, en un jour, 71 400 aunes de longueur de toutes les diverses espèces de matières filées dont on fait des étoffes, telles que le coton, la laine, le fleuret, le poil de chèvre.


Le développement des fabriques d'étoffes en France

Mais c'est surtout depuis l'année 1789 que la fabrication des étoffes a singulièrement gagné en France. Le mouvement que la révolution a imprimé aux esprits, la liberté dont a joui le commerce, la considération justement accordée à la profession de négociant ou de fabricant, tout a contribué à l'amélioration de nos manufactures, auxquelles les progrès de la chimie et de la mécanique ont rendu les plus grands services.

Autres origines :