Accueil > Les origines commençant par E > L'origine de étoile

L'origine de Étoile



Les premières observations des étoiles fixes

Les Chaldéens, les premiers astronomes de l'univers, sont aussi les premiers qui se soient appliqués à la connaissance des étoiles fixes, et qui les aient divisées en constellations. Il est parlé dans le livre de Job, contemporain de Jacob, des chambres secrètes du Midi, ce qu'on entend ordinairement des constellations voisines du pôle austral, qui sont invisibles aux habitants de l'hémisphère septentrional. Selon les meilleurs critiques, les signes du scorpion et du taureau sont aussi désignés dans le livre de Job ; mais il faut avouer que les connaissances de ces premiers temps étaient bien bornées à cet égard, puisque la grande ourse, le bouvier, orion, le grand-chien, les hyades, les Pléiades, le scorpion et le taureau sont les seules constellations dont il soit parlé, tant dans le livre de Job, que dans Homère et dans Hésiode.


L'accroissement du nombre d'étoile connues

Hipparque, 125 ans avant Jésus-Christ, fit un catalogue des étoiles avec la description exacte de leur grandeur, situation, longitude, latitude, etc. Ce catalogue est le premier dont nous ayons connaissance. Hipparque fit monter le nombre des étoiles visibles à 1022 ; elles étaient distribuées en 48 constellations.
Ptolomé ajouta quatre étoiles au catalogue d'Hipparque, et en fit monter le nombre jusqu'à 1026 ; mais dans le XVIe et le XVIIe siècle, lorsque l'astronomie commença à refleurir, on trouva que le nombre des étoiles était beaucoup plus grand. Aux quarante huit constellations des anciens, on en ajouta douze nouvelles qu'on observa vers le pôle méridional et deux autres vers le pôle septentrional.
Ticho-Brahé publia un catalogue de 777 étoiles qu'il observa lui-même. Kepler en augmenta le nombre jusqu'à 1163 ; le père Riccioli jusqu'à 1468 ; et Bayer jusqu'à 1709. Halley en ajouta 373 qu'il observa vers le pôle antarctique. Hévélius, sur les observations de Halley et sur les siennes propres, fit un catalogue de 1888 étoiles ; puis, Flamsteed en a fait un contenant 3000 étoiles qu'il a toutes observées lui-même avec exactitude.


Les changements des étoiles

Les changements qu'ont éprouvé les étoiles sont très considérables : le premier fut remarqué, l'an 125 avant Jésus-Christ, par Hipparque, qui s'aperçut qu'il paraissait une nouvelle étoile. En 1572, Ticho-Brahé observa une nouvelle étoile dans la constellation de Cassiopée ; elle parut grosse d'abord, et diminuant peu à peu, elle disparut au bout de six mois.
David Fabricius a découvert une autre nouvelle étoile dans le cou de la baleine, qui parut et disparut différentes fois dans les années 1648 et 1662. Son cours et son mouvement ont été décrits par M. Bouillaud. Simon Marius fut le premier qui en découvrit une dans la ceinture d'Andromède. Kepler en a observé une autre dans le serpentaire. Cassini a le premier remarqué une autre nouvelle étoile entre la constellation de l'éridan et celle du lièvre.
Enfin, il est certain, par les anciens catalogues, que plusieurs des anciennes étoiles ne sont plus visibles à présent. Cela se remarque particulièrement dans les Pléiades ou sept étoiles, dont il n'y en a plus que six que l'œil peut apercevoir ; c'est une observation qu'Ovide a faite depuis longtemps ; témoin ce vers de cet auteur :

On dit qu'elles sont sept, cependant il n'y en a que six.


L'étoile filante (ou étoile tombante)

Dans les soirées du printemps et de l'automne, on croit voir une étoile se détacher du ciel, filer et tendre par sa chute au bas de l'horizon ou quelquefois se perdre dans le vague des airs. Cette étoile apparente est un petit globe de feu qui répand une lumière vive, semblable à celle de l'étoile ; souvent, il se dissipe dans les airs ; quelquefois il parvient jusque sur la terre, et l'on trouve à l'endroit de sa chute une matière de couleur jaunâtre et visqueuse comme de la colle, la matière combustible ayant été entièrement consumée.

Autres origines :