Accueil > Les origines commençant par E > L'origine de évêque

L'origine de Évêque



Un terme d'origine grecque

Ce mot vient du grec episcopos, et signifie surveillant ou inspecteur. C'était ainsi que les Grecs appelaient ceux qu'ils envoyaient dans les provinces pour voir si tout y était en ordre. Les premiers chrétiens empruntèrent donc du gouvernement civil le terme d'évêques pour désigner leurs gouverneurs spirituels, et appelèrent diocèse la province gouvernée par un évêque, de même qu'on appelait alors de ce nom le gouvernement civil de chaque province.


Une institution datant quasiment de la naissance de l'église

Les évêques sont les successeurs des apôtres ; leur institution remonte donc presque à la naissance de l'église, et le pape, comme successeur de saint Pierre, est le premier des évêques. Autrefois les évêques étaient nommés par le peuple et le clergé ; mais depuis le concordat passé entre Léon X et François Ier, c'est le roi qui nomme aux évêchés de France.
Anciennement, on qualifiait les évêques de très saints et bienheureux ; ce n'est que depuis le cardinal de Richelieu qu'ils ont pris le titre de monseigneur, et qu'ils ont la grandeur. On les appelait auparavant révérends pères en Dieu ou Messire N.


Le port de la haute croix

Les évêques font porter la croix haute devant eux ; voici à quoi on rapporte cette prérogative qu'ils regardent comme une marque de juridiction :
Sous le règne de Constance Chlore , est-il dit dans les Essais historiques sur Paris, un patrice des Gaules prétendit qu'un évêque qui s'était rencontré sur son passage aurait dû s'arrêter et le saluer le premier, d'autant plus, disait-il, qu'on porte devant moi l'image de l'empereur. Cet évêque, pour ne pas compromettre sa dignité, prit le parti de ne plus paraître en public sans faire porter devant lui la croix, ce qui devint bientôt un usage et une prérogative de l'épiscopat.


Les évêques in parlibus

Les évêques in partibus infidelium (dans les pays des infidèles), ou, comme on dit par abréviation, les évêques in parlibus, sont ceux dont le diocèse est occupé par les infidèles. L'usage de nommer ces sortes d'évêques a commencé du temps des croisades, où il parut nécessaire de donner aux villes soumises aux Latins, des évêques de leur communion, qui conservèrent leurs titres même après qu'ils en furent chassés ; on a continué cependant de leur nommer des successeurs.

Autres origines :