Accueil > Les origines commençant par F > L'origine de fourches patibulaires

L'origine de Fourches patibulaires



L'étymologie du mot Fourche

Ce sont des colonnes de pierre qui soutiennent des pièces de bois auxquelles on attache les criminels, après l'exécution. On leur a donné le nom de fourches, parce qu'autrefois, au lieu de piliers de pierre, on posait deux pièces de bois, faisant par en haut la fourche pour soutenir celle qui se met en travers.
L'origine du terme fourche, du latin furca, est même plus ancienne. Chez les Romains, lorsque certains criminels avaient été dépouillés de leurs habits, on leur faisait passer la tête dans une fourche, et on les battait de verges jusqu'à ce qu'ils mourussent.


Les fourches patibulaires de Mont-faucon

Etienne Pasquier remarque que les fourches patibulaires de Mont-faucon (ces fourches n'existent plus depuis qu'on enterre ceux qui ont été justiciés) ont porté malheur à tous ceux qui s'en sont mêlés : Enguerrand de Marigni, qui les fit bâtir, les étrenna ; Pierre Remi, surintendant des finances, sous Charles-le-Bel, les ayant fait réparer, y fut aussi pendu ; et de notre temps, ajoute Pasquier, Jean Monnier, lieutenant civil de Paris, y ayant fait mettre la main pour les refaire, s'il n'y finit pas ses jours, comme les deux autres, y fit amende honorable. Cette remarque, suivant Saint-Foix, est surtout bonne, en ce qu'elle fait voir qu'il a été un temps où, en France, l'on faisait justice des grands comme des petits voleurs.

Autres origines :