Accueil > Les origines commençant par H > L'origine de herculanum

L'origine de Herculanum



Une ville très ancienne

Cette ancienne ville d'Italie, dans la Campanie, sur la côte de la mer, vis-à-vis du Vésuve, fut fondée soixante ans avant la guerre de Troie, et par conséquent 1342 ans avant Jésus-Christ. Les Osques l'habitèrent, ensuite les Cuméens, les Tyrrhéniens et les Samnites l'occupèrent successivement. Les Romains en firent la conquête durant la guerre des alliés, et le Vésuve l'engloutit dans la première année de l'empire de Titus, et la soixante-dix-neuvième de l'ère chrétienne. La description de cet événement a été donnée par Pline le jeune, qui en fut témoin oculaire. Ce désastre avait été précédé d'un terrible tremblement de terre, arrivé treize ans auparavant, l'an 63 de Jésus-Christ, et même alors, selon plusieurs auteurs, la plus grande partie d'Herculanum fut abîmée.


La découverte des anciennes richesse de cette ville au XVIIIe siècle

En 1720 environ, le prince d'Elbeuf, Emmanuel de Lorraine, désirant orner de marbre une maison qu'il avait fait bâtir à Portici, sur le bord de la mer, en acheta de très beaux d'un paysan du lieu, qui les avait trouvés en creusant son puits. Le prince fit plus, il acheta le terrain du paysan et y fit travailler. Ses fouilles ne furent pas infructueuses : il trouva non seulement quantité de marbres précieux, mais plusieurs statues de sculpture grecque et des colonnes d'albâtre fleuri. Ces richesses fixèrent l'attention du gouvernement, qui fit cesser les excavations.


La mise en lumière d'Herculanum

L'imagination était encore frappée des découvertes qu'elles avaient procurées, lorsque don Carlos, devenu roi de Naples, choisit, en 1736, la riante situation de Portici pour s'y ménager un séjour délicieux. Alors ce monarque ne songea qu'à poursuivre avec vigueur les fouilles commencées par le prince d'Elbeuf, et le succès surpassa de bien loin son attente. La terre ayant été creusée par ses ordres jusqu'à quatre-vingts pieds de profondeur, on découvrit le sol d'une ville abîmée sous Portici et Rétine, villages distants de six milles de Naples ; et l'on a tiré de ces excavations tant d'antiquités de toute espèce, que dans l'espace de six ou sept ans, elles ont formé au roi des Deux-Siciles un musée tel qu'un prince de la terre, si puissant qu'il soit, ne saurait, dans le cours de plusieurs siècles, s'en procurer un pareil. C'est ainsi qu'on a rendu, pour ainsi dire, à la lumière une ville entière pleine d'embellissements, de théâtres, de temples, de peintures, de statues, de marbres et de bronzes, enfouis dans le sein de la terre depuis plus de 1600 ans.

Autres origines :