Accueil > Les origines commençant par H > L'origine de heure

L'origine de Heure



Les heures inconnues chez les Hébreux

Les anciens Hébreux n'ont pas connu les heures. Ils partageaient le jour en quatre parties : le matin, le midi, la première vêpre et la dernière. La nuit était divisée en trois parties : le soir, minuit, et la garde du matin.
Les heures, dans les Septante, indiquent seulement les quatre saisons, comme dans Homère et dans Hésiode.


Le calcul des heures dans l'Egypte et la Grèce antiques

La division du jour en heures est cependant fort ancienne. Les Égyptiens distribuaient le jour en douze parties ; les Grecs adoptèrent ce partage au temps d'Anaximènes ou d'Anaximandre, qui vivait sous le règne de Cyrus, vers la fin de la captivité de Babylone. Mais au lieu de compter les heures comme nous le faisons, depuis minuit jusqu'à minuit, ils les comptaient depuis le lever du soleil jusqu'à son coucher, de manière qu'elles étaient plus courtes dans le solstice d'hiver, et plus longues dans celui d'été. Dans les équinoxes, leur première heure répondait au temps de la journée qui est de six à sept heures du matin, la troisième heure à nos neuf heures, ainsi de suite.


Les heures dans la Rome antique

La division du jour par heures était inconnue aux Romains avant la première guerre punique. Ils ne réglaient leurs jours auparavant que par le lever et le coucher du soleil. Ils divisaient les douze heures du jour en quatre : prime ou la première heure, qui commençait à six heures du matin ; tierce ou la troisième, à neuf ; sexte ou la sixième, à douze ou à midi ; et none ou la neuvième, à trois heures après midi. L'Eglise romaine n'a donc fait que conserver ces anciennes dénominations de prime, tierce, sexte et none, pour indiquer les offices qui se disent à certaines heures de la journée. Ils divisaient aussi les heures de la nuit en quatre veilles, dont chacune contenait trois heures.
On a personnifié les heures : la poésie et la peinture se sont emparées avec succès de cette ingénieuse fiction de l'antiquité.

Autres origines :