Accueil > Les origines commençant par H > L'origine de hilotes

L'origine de Hilotes



Des esclaves originaires d'Hélos

Les Hilotes n'étaient point renfermés dans les villes, comme les esclaves appelés oikétai (domestiques), qui n'étaient occupés qu'aux choses du ménage ; ils vivaient à la campagne, où ils cultivaient les terres de leurs maîtres. Tite-Live les appelle castellani, agreste genus.
On les nommait hilotes, parce qu'ils étaient originaires de la ville d'Hélos, qui s'était révoltée contre les Lacédémoniens, et dont les habitants avaient été vaincus et réduits à l'esclavage.


Des esclaves maltraités

On les traitait avec la dernière barbarie, et l'on se croyait en droit de s'en défaire par les voies les plus violentes, sous prétexte qu'ils étaient toujours prêts à se révolter.
Plutarque raconte que de temps en temps les magistrats de Lacédémone choisissaient, parmi les jeunes citoyens, les plus braves et les plus hardis pour les envoyer à la campagne, armés seulement d'un poignard, avec des vivres pour quelques jours. Lorsqu'ils étaient arrivés au lieu qui leur était assigné, ils se dispersaient de tous côtés pour se cacher dans des retraites où ils demeuraient pendant le jour ; et aussitôt que la nuit arrivait, ils allaient assiéger les chemins, où ils égorgeaient tous les hilotes qu'ils rencontraient. C'est ainsi que, par une politique barbare, ils massacraient quelquefois jusqu'à deux mille de ces malheureux, et même davantage, et qu'ils prétendaient contenir les autres dans le devoir et l'obéissance.
Il est vrai que les Hilotes s'étaient multipliés à Lacédémone et dans la Laconie au point que les historiens en font monter le nombre à plus de cent mille. On les employait tous à la culture des terres, dont ils rendaient à leurs maîtres les tributs que ceux-ci leur imposaient. En temps de guerre, chaque citoyen se faisait suivre d'un certain nombre d'Hilotes, les uns pour le servir, les autres pour l'accompagner dans les batailles et pour défendre sa personne.

Autres origines :