Accueil > Les origines commençant par I > L'origine de interdit

L'origine de Interdit



Le premier interdit de l'Eglise

Le premier interdit des églises dont l'antiquité nous fournit un exemple, est celui que Leudovalde, évêque de Bayeux, mit, en 586, sur toutes les églises de Rouen, jusqu'à ce qu'on eût découvert l'auteur du meurtre de Prétextat, évêque de cette ville, que Frédégonde, veuve de Chilpéric, avait fait assassiner dans son église.


Un moyen de répression

On eut d'abord recours à l'interdit pour réprimer la tyrannie féroce des seigneurs qui ne respectaient ni la sainteté de l'autel, ni les droits de l'humanité. Dans un synode tenu à Limoges, l'abbé Odolric proposa l'essai de l'interdit. « Jusqu'à ce que les nobles, dit-il, cessent leurs ravages, défendez la célébration de la messe, la solennité du mariage, l'enterrement des morts ; que les églises soient dépouillées de leurs ornements ; que les fidèles observent l'abstinence du carême. » La haine du peuple, privé de l'exercice de sa religion, poursuivit alors les oppresseurs, qui se voyaient forcés de changer de conduite.
L'origine des interdits, que quelques auteurs placent sous le règne de Charlemagne, est donc beaucoup plus ancienne ; il est vrai de dire cependant qu'au commencement du IXe siècle, et dans les siècles qui ont suivi, cette excommunication générale devint d'un usage plus fréquent en France, en Italie et en Allemagne.


Le déroulement d'un interdit

On conçoit facilement combien devait être redoutable cette arme que les papes employaient contre les princes, les rois ou les empereurs rebelles à leurs volontés. D'abord il était défendu à tout laïque d'entendre la messe, et l'on n'en célébrait plus au maître-autel. On déclarait l'air impur ; on ôtait tous les corps saints de leurs châsses, on les étendait par terre dans l'église, couverts d'un voile. On dépendait les cloches, et on les enterrait dans des caveaux. Quiconque mourait dans le temps de l'interdit était privé de la sépulture et jeté à la voirie. Il était défendu de manger de la chair, de se raser, de se saluer ; enfin le royaume appartenait de droit au premier occupant.

Autres origines :