Accueil > Les origines commençant par J > L'origine de jeux publics

L'origine de Jeux publics


On doit entendre par jeux publics chez les de grands et magnifiques spectacles, où l'on voyait ordinairement plusieurs troupes de combattants se disputer le prix dans les différents exercices du corps. Toutes les nations ont eu de ces spectacles publics pour se délasser ou s'exercer, et pour honorer leurs dieux ou leurs héros.


Les jeux publics dans l'antiquité

Chez les Grecs les quatre jeux solennels étaient les olympiques, les pythiens, les néméens, les isthmiens. C'est à ces jeux, qui attiraient un si grand concours de spectateurs et de combattants, que nous devons les odes immortelles de Pindare.
Les jeux romains ne furent pas moins fameux que les précédents. On connaît ceux du cirque, les scéniques, les actiaques et les augustaux. Ces derniers, inventés par la flatterie et la reconnaissance, furent établis dans les Gaules presque aussitôt qu'à Rome.
On les célébrait à Lyon devant l'autel d'Octave-Auguste, élevé par soixante nations de la Celtique. Ce beau temple, orné de soixante statues, fut dédié, l'an de Rome 742, par Drusus, fils de l'impératrice Livie.
Ces jeux et le culte d'Auguste se soutenaient encore au IIIe siècle. Théodose détruisit le culte, mais les jeux durèrent plus longtemps. Une inscription trouvée à Autun prouve qu'il y avait dans cette ville des prêtres et des jeux augustaux, et il est démontré que les jeux de la Saint-Ladre sont une suite des usages de l'ancienne Bibracte.


Les premiers tournois

Les grands jeux ou jeux romains étaient proprement une espèce de tournoi qu'on faisait dans le grand cirque ; c'est pourquoi ils étaient aussi appelés magni circenses. Ils furent établis par le roi Tarquinius Priscus, en l'honneur de Jupiter, de Junon, et de Minerve ; on les célébrait le 4 septembre, et on y employait jusqu'à neuf jours. On peut en voir la description dans les remarques sur la vie de Coriolan.
Furius Camillus nommé dictateur, la dixième année du siège de Veïes, voua aux dieux que, s'ils donnaient une heureuse issue à cette guerre, il célébrerait ces jeux et rebâtirait le temple de la mère.
C'est à ces jeux et aux exercices qui en faisaient partie que les Gaulois, nos ancêtres, durent la conquête de Rome. Ils s'y appliquaient surtout à tirer de l'arc. Ces exercices, consacrés par la politique, entretinrent longtemps parmi nous le mépris des fatigues, des douleurs et de la mort, et multipliaient le nombre des citoyens utiles à la patrie.
Dans des temps plus rapprochés de nous, les tournois ont été une espèce de répétition de ces jeux si célèbres dans l'antiquité.

Autres origines :