Accueil > Les origines commençant par J > L'origine de jour

L'origine de Jour



A chaque jour sa planète

L'usage de faire répondre chaque jour de la semaine à une planète est très ancien. Hérodote et d'autres écrivains attribuent aux Égyptiens l'origine de cette coutume. Il y en a cependant qui la rapportent aux Chaldéens, à Zoroastre et à Hytaspe. Quoi qu'il en soit, il est très probable que cet usage aura pris naissance en Orient. On sait que de temps immémorial les nations orientales comptaient par semaines composées de sept jours. Sans doute que chaque jour de la semaine aura reçu le nom de la planète sous la domination de laquelle les anciens étaient persuadés qu'il était.


Le jour artificiel et le jour naturel

Il y a deux sortes de jour : l'artificiel et le naturel. Le premier est le temps de la lumière, qui est déterminé par le lever et le coucher du soleil, ou le séjour de cet astre sur l'horizon. Le second, appelé aussi jour civil, est l'espace de temps que le soleil met à faire une révolution autour de la terre, ou, pour parler plus exactement, c'est le temps que la terre emploie à faire une révolution sur son axe.


Le commencement du jour selon les nations

Les diverses nations commencent différemment leur jour. Les anciens Babyloniens, les Perses, les Syriens, et plusieurs autres peuples de l'Orient, ceux qui habitent les îles Baléares, les Grecs modernes, etc., commencent leur jour au lever du soleil.
Les anciens Athéniens et les Juifs, commençaient leur jour au coucher du soleil. Il en est de même des Autrichiens, des Bohémiens , des Marcomans, des Silésiens, des Chinois , etc.
Les Umbriens et les anciens Arabes, aussi bien que les astronomes modernes, le commencent à midi ; les Égyptiens, les Romains, les Français, les Anglais, les Hollandais, les Allemands, les Espagnols, les Portugais , etc., à minuit.
C'était aussi à minuit que les anciens Égyptiens commençaient le jour. Le célèbre Hipparque avait même introduit dans l'astronomie cette manière de compter ; en quoi il a été imité par Copernic et par plusieurs autres astronomes ; mais depuis on a préféré de commencer le jour à midi.


Les jours heureux et les jours malheureux

Les peuples les plus célèbres ont donné ce nom à certains jours réputés tels par superstition, ou à cause de quelques événements mémorables qui étaient arrivés à pareils jours dans les années antérieures. Des observations historiques, superstitieusement recueillies, ont souvent semblé autoriser cette erreur chez les peuples et chez les particuliers.
Le temple de Salomon, que les Babyloniens avaient brûlé le 8 septembre, le fut une seconde fois, au même jour, par Titus.
Ce fut le jour de la naissance de Timoléon que ce fameux capitaine corinthien vengea plus d'une fois Syracuse de la tyrannie des Carthaginois, et qu'il battit Amilcar et Annibal.
Charles-Quint remarqua que le jour de la fête de Saint-Martin était celui de tontes ses prospérités.
Le jour de la Pentecôte, Henri III vint au monde, fut élu roi de Pologne, et commença à porter la couronne de France.
Sixte-Quint aimait mieux le mercredi que les autres jours, parce que c'était le jour de sa naissance, de sa promotion au cardinalat, de son élection à la papauté et de son couronnement.
Louis XIII prétendait que tout lui réussissait le vendredi.
Henri VII, roi d'Angleterre, était attaché au samedi, parce que ce jour-là il tua l'usurpateur Richard III, se fit installer sur le trône de la Grande-Bretagne, et épousa Elisabeth, fille d'Edouard IV, ce qui réunit en sa personne les droits des maisons de Lancastre et d'York.


Les jours de férie

Les anciens appelaient ainsi les jours qui étaient consacrés et qu'il fallait chômer. Chez les Romains, on donnait ce nom aux jours pendant lesquels il y avait cessation de travail ordonnée par la religion. Les fériés étaient cependant différentes des jours de fêtes, en ce que les fêtes étaient célébrées par des sacrifices ou des jeux, au lieu que le repos suffisait pour constituer les fériés. On en compte plusieurs qui tiraient leur surnom des circonstances de leur origine ou des motifs de leur établissement.

Autres origines :