Accueil > Les origines commençant par L > L'origine de lapidaire

L'origine de Lapidaire



Un art pratiqué dès la plus haute antiquité

Nous ne voyons pas, dit Goguet, qu'il soit parlé dans l'histoire ancienne de l'usage des pierres précieuses avant Moïse. Il ne semble pas cependant qu'on doive le regarder comme l'auteur et l'inventeur de cette parure, dont la connaissance a dû précéder le temps de ce législateur. Cette conjecture se trouve appuyée par le témoignage que nous fournit le livre de Job, ouvrage que antérieur à Moïse. Il y est parlé de plusieurs espèces de pierreries. Job n'aurait pu entrer dans ce détail, si les pierres précieuses n'eussent pas été bien connues de son temps.
Quelque imparfaits qu'aient été les procédés des premiers lapidaires, il est constant, selon Goguet, que, du temps de Moïse, l'art de polir les pierres devait être connu. On savait aussi les monter, travail assez délicat. Mais, ce qui paraît le plus digne de remarque, c'est que l'on connaissait dés lors l'art de les graver.


Le perfectionnement des lapidaires

L'art de tailler les pierres précieuses, quoique fort ancien, n'avait pas fait de progrès sensibles, et les succès qu'il a obtenus depuis ces derniers siècles, semblent dus au hasard. Louis de Berquen, natif de Bruges, fut le premier qui tailla le diamant.
On s'est livré assez tard en France à l'exercice de cet art, et il s'en faut bien qu'il y ait été d'abord cultivé avec succès ; mais les lapidaires de Paris, qui formaient déjà un corps en 1290, l'ont porté depuis à la plus haute perfection.

Autres origines :