Accueil > Les origines commençant par L > L'origine de louvre

L'origine de Louvre



L'étymologie du mot Louvre

Un voile épais cache l'origine du Louvre ; elle se perd, comme celle des anciennes cités, dans l'obscurité du temps. Les historiens ne sont pas même d'accord sur la signification de son nom. Les uns le font venir du tudesque lower, château ; les autres, des loups qui peuplaient les bois voisins ; et quelques uns, du vieux mot français ouvre, en sorte qu'on aura dit l'ouvre pour l'œuvre, l'ouvrage par excellence.
Il se trouve des actes du temps de Louis le jeune, où le Louvre est nommé Louvrea, sans indiquer si ce nom venait du château déjà bâti, ou du territoire sur lequel on l'avait construit.


Le Louvre jusqu'à Philippe-Auguste

Quoi qu'il en soit, s'il existait, dans les très anciens temps, quelque édifice dans le lieu qu'occupe aujourd'hui le Louvre, ce devait être ou une maison de plaisance, ou une forteresse, peut-être l'une et l'autre. En effet une maison de plaisance devait être avantageusement située dans la forêt qui couvrait alors toute cette partie de la rive droite de la Seine, et d'un autre côté, une forteresse y était presque nécessaire pour la défense de la cité voisine.
Ce qu'il y a de certain, c'est que, sous la deuxième race, le Louvre était déjà une maison royale. Dans ce cas, il dut être détruit par les Normands, ainsi que toutes les maisons qui étaient hors de Paris. Lorsque ces étrangers se furent établis en Neustrie, les environs de Paris se repeuplèrent, et le Louvre se releva. Les rois y tinrent des chiens, des chevaux, des piqueurs, et des équipages de chasse : mais ils ne faisaient qu'y passer et s'y rafraîchir ; jamais ils n'y furent à demeure. Pendant les cent cinquante années qui s'écoulèrent depuis Robert, fils de Hugues Capet, jusqu'à Philippe-Auguste, le Louvre devint très important par sa force et sa situation.


Le Louvre à partir du XIIIe siècle

« Philippe-Auguste, dit M. Dulaure dans son Histoire de Paris, fit bâtir, hors de Paris, une tour ou forteresse, nommée en latin Lupara, et en français Louvre. Plusieurs lettres et ordonnances, datées de cette forteresse par les rois qui y résidaient, portent ces mots : apud Luparam, propè Parisios (au Louvre, près de Paris).
L'époque précise de la construction de la tour du Louvre est inconnue ; mais on sait qu'en 1204 cette construction était terminée depuis peu de temps. »
Philippe-Auguste en fit le siège de sa puissance, le dépôt de ses trésors, le frein du peuple et l'effroi des grands. En effet, depuis le règne de ce prince jusqu'à celui de François Ier, le Louvre fut la prison où l'on renfermait les vassaux illustres, ou les grands coupables. C'était aussi dans ce château que se faisaient les grandes cérémonies, que se tenaient les grands conseils et les assemblées des principales autorités de l'état.
Les plus grands travaux entrepris dans le cours du XIVe siècle sont dus à Charles V et à son successeur. Au rapport de Saint-Foix, le Louvre, après avoir été hors des murs durant plusieurs siècles, se trouva enfin dans Paris par l'enceinte commencée sous Charles V, en 1367, et achevée sous Charles VI, en 1383. Mais ce prince ni ses successeurs, jusqu'à Charles IX, n'en firent point leur demeure ordinaire ; ils le laissaient pour les monarques étrangers qui venaient en France. François Ier y logea Charles-Quint en 1539.


La rénovation du Louvre

C'est dans le Louvre ancien que fut déposée la première bibliothèque publique. En effet Charles V, qui l'avait formée, permettait au petit nombre de lettrés de ce temps-là de venir y étudier jour et nuit. Elle occupait trois chambres, ou plutôt trois étages, de la tour dite de la librairie. Charles VII, Louis XI et Charles VIII logèrent rarement au Louvre. Ce château était en si mauvais état sous le règne de François Ier, que ce prince se détermina à en faire construire un autre, sur les dessins de Pierre Lescot, plus connu sous le nom de l'abbé de Cluny. Henri II, son fils,le fit continuer ; et c'est ce qu'on appelle le vieux Louvre.
La galerie du Louvre qui longe la rivière, et qui joint le vieux Louvre au château des Tuileries, fut entreprise sous Charles IX, continuée sous ses successeurs, et enfin terminée sons Louis XIV.
Le gros pavillon donnant sur la place du Muséum a été bâti ou plutôt achevé sous Louis XIII. Louis XIV ayant résolu de continuer sur le plan commencé par François Ier, fit jeter les fondements du nouveau Louvre en 1665. Plusieurs architectes célèbres concoururent à l'achèvement de cette entreprise. Ce furent Louis Levau et François d'Orbai, son élève, qui firent exécuter la colonnade du côté de l'église Saint-Germain l'Auxerrois, sur les dessins de Claude Perrault, que ce chef-d'œuvre a immortalisé, et à qui la basse jalousie l'a contesté longtemps. Louis XIV habita le Louvre, qu'il abandonna pour Versailles.
Depuis 1804, on travaille à continuer et à finir ce superbe monument ; on l'a fait restaurer à neuf, ainsi que le comble de l'ancien Louvre.

Autres origines :