Accueil > Les origines commençant par L > L'origine de lupercale

L'origine de Lupercale


Lupercale, en latin lupercalia, dérivé probablement de lupus (loup), parce qu'on sacrifiait au dieu Pan un chien, ennemi du loup. « Ces fêtes, instituées à Rome en l'honneur de Pan, se célébraient, selon Ovide, le troisième jour après les ides de février.


Des fêtes instaurées sous Rémus et Romulus

Valère Maxime prétend que les lupercales ne furent commencées que sous Rémus et Romulus, à la persuasion du berger Faustulus. Ils offrirent un sacrifice, immolèrent des chèvres, et firent un festin où les bergers, échauffés par le vin, se divisèrent en deux troupes qui, s'étant ceintes des peaux des bêtes qu'ils avaient immolées, allaient ça et là, folâtrant les uns avec les autres.
Mais Justin et Servius prétendent, avec plus de raison, que Romulus ne fit que donner une forme plus décente et plus régulière aux grossières institutions d'Evandre. En mémoire de ces fêtes, des jeunes gens couraient tout nus, tenant d'une main les couteaux dont ils s'étaient servis pour immoler les chèvres, et de l'autre des courroies dont ils frappaient tous ceux qu'ils trouvaient sur leur chemin. L'opinion où étaient les femmes que ces coups de fouet contribuaient à leur fécondité, ou à leur heureuse délivrance, faisait que, loin d'éviter leur rencontre, elles s'approchaient d'eux pour recevoir des coups auxquels elles attachaient une si grande vertu.


L'origine de ces usages festifs

Ovide nous apprend l'origine de cet usage. Sous le règne de Romulus, les femmes devinrent stériles, et allèrent se prosterner dans le bois sacré de Junon, pour désarmer la rigueur de la déesse. La réponse de l'oracle fut qu'elles devaient attendre des boucs le retour de leur fécondité. L'augure, homme d'esprit, interpréta cet oracle en sacrifiant une chèvre, et faisant couper la peau en lanières, dont il ordonna de fouetter les femmes, qui redevinrent fécondes.
L'usage de courir nu s'établit, ou parce que Pan est toujours ainsi représenté, ou parce qu'un jour que Rémus et Romulus célébraient cette fête, des voleurs profilèrent de l'occasion pour enlever leurs troupeaux. Les deux frères et la jeunesse qui les entourait mirent bas leurs habits, pour mieux atteindre les voleurs, et leur reprendre le butin.
Ovide en donne encore une autre raison. Omphale, qui voyageait avec Hercule, s'amusa un soir à changer d'habit avec ce héros. Le dieu Faune, amoureux d'Omphale, fut la dupe de ce changement, prit en horreur les habits qui l'avaient trompé, et voulut que ses prêtres n'en portassent point pendant la cérémonie de leur culte.
On sacrifiait un chien, ou parce qu'il est l'ennemi du loup, ou parce que ce jour-là les chiens devenaient fort incommodes à ceux qui couraient les rues dans cet état de nudité.


La fin de lupercales

Auguste remit cette fête en vigueur, et défendit seulement aux jeunes gens qui n'avaient point encore de barbe de courir les rues avec les luperques un fouet à la main. Les empereurs chrétiens laissèrent subsister les lupercales, et elles ne furent abolies qu'en 496 par le pape Gelase.

Autres origines :