Accueil > Les origines commençant par L > L'origine de luxe

L'origine de Luxe



Depuis la plus haute antiquité

Dès le temps d'Abraham, le luxe n'était pas inconnu à plusieurs peuples de l'Asie. Ils avaient différents bijoux et des vases d'or et d'argent. Il est question du temps d'Isaac, non seulement d'habit précieux mais même de vêtements parfumés : tels étaient ceux d'Esaü que Rebecca fit prendre à Jacob. L'usage des senteurs et des parfums s'est donc introduit chez les peuples de l'Orient dès la plus haute antiquité, et on peut juger, d'après ces faits, qu'ils connaissaient d'autres recherches et d'autres voluptés dont Moïse, sans doute, n'a pas eu occasion de nous instruire.
« Rien, dit Goguet, n'est plus capable de nous faire concevoir à quel degré plusieurs peuples de l'Asie avaient porté le luxe et la somptuosité, que ce qu'on lit dans l'Écriture sur la magnificence de la cour de Salomon. On y apprend que la reine de Saba, quoique prévenue de la splendeur de ce monarque, fut néanmoins étonnée en voyant la manière dont sa table était servie, le nombre de ses officiers, la richesse de leurs appartements et la magnificence de leurs habits. Tous les vases qui servaient à la table de Salomon étaient d'un or très pur, ainsi que la vaisselle de sa maison construite avec le bois de cèdres du Liban. Je ne parle point de son trône ni du cortège brillant et superbe qui l'accompagnait chaque fois qu'il allait au temple. On peut dire que ce qu'on lit dans l'Écriture et dans Josèphe, sur la manière dont vivait Salomon, surpasse de beaucoup l'idée qu'on pourrait se former des cours les plus brillantes et les plus magnifiques de l'univers.
Il paraît que ce goût pour le faste et la magnificence fut héréditaire dans le royaume de Juda. Les princes qui en occupèrent le trône jusqu'à la captivité tenaient un très grand état, et avaient une cour des plus brillantes, beaucoup d'officiers pour les servir, une foule de courtisans, des eunuques, des palais superbes, des habits et des ameublements très recherchés et très somptueux, etc. »
De l'Asie le luxe passa chez les Athéniens, et Tarquin, qui était originaire de Corinthe, l'apporta chez les Romains.


L'apparition du luxe en France

Cette funeste imitation ne s'est introduite en France que sous Charlemagne, au retour de ses armées victorieuses d'Italie.
Les rois de France, ainsi que les parlements, ont rendu différentes ordonnances à ce sujet, presque toutes aussi infructueuses les unes que les autres. Il subsiste trois ordonnances qui ne sont pas fort anciennes, mais qui ont eu le sort de celles de nos premiers rois : la première, du 8 février 1713, est une ordonnance du roi contre le luxe des domestiques, laquais et gens de livrée ; la seconde, du 8 janvier 1719, est une déclaration du roi portant règlement pour les gens de livrée ; et la troisième est une déclaration du roi, du 4 février 1720, enregistrée au parlement, faisant défense de porter des diamants.

Il est un fait utile et décent, j'en conviens
Permit aux grands états, aux grands noms, aux grands biens,
Qui jusqu'aux derniers rangs, refoulant la richesse,
Fait redescendre l'or qui remonte sans cesse.
Il est un autre luxe au vice consacré,
De l'active industrie enfant dénaturé.
L'orgueil seul éleva ce colosse fragile ;
Son simulacre est d'or, et ses pieds sont d'argile,
La vanité le sert : l'orgueil, à ses genoux,
Immole sans pitié fils, femme, père, époux.
Squelette décharné, son étique figure
Affecte un embonpoint qui n'est que bouffissure,
Sous la pourpre brillante il cache des lambeaux,
Et son trône s'élève au milieu des tombeaux.

(Delille, Satire sur le luxe)

Autres origines :